Attentat déjoué : la « communication solennelle » de Bernard Cazeneuve surprend

0
Share Button
Pour les syndicats de police, médiatiser cet attentat déjoué permet de rendre hommage aux  » victoires quotidiennes des agents © MaxPPP

Bernard Cazeneuve a révélé mercredi l’arrestation de quatre jeunes hommes projetant d’enlever et de décapiter un gradé de l’armée. Habituellement, le ministère de l’Intérieur communique peu sur les projets d’attentats déjoués. Récupération politique ou transparence ? La question est soulevée.

 » Toutes les semaines nous arrêtons nous prévenons des actes terroristes, je ne vais pas faire des conférences de presse ici pour en informer les Français » , déclarait François Hollande lors du 14 juillet. Et pourtant, le lendemain, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a organisé un point presse pour annoncer l’arrestation de quatre jeunes hommes, interrogés dans les locaux de la DGSI sur un projet d’attentat. Le plus jeune a été relâché. Les trois autres sont encore en garde à vue.

Cette prise de parole soudaine fait polémique. Les agents du renseignement sont habitués à travailler dans la discrétion. Frédéric Péchenard par exemple, ancien patron de la police devenu directeur général des Républicains, a dénoncé jeudi matin une opération de communication. Pour lui, l’exécutif cherche à récupérer la question anti-terroriste

Valoriser le travail des policier, rassurer l’opinion publique

Au contraire pour Christophe Rouget, porte-parole du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure, cette intervention permet de valoriser le travail des agents, un travail médiatisé uniquement en cas de crise, dévalorisé :  » Les policiers de la DGSI, de la SDAT sont fatigués qu’on remette en cause leur travail, leurs failles, à chaque fois qu’un attentat est commis. C’est frustrant pour ces policiers parce que de nombreux points sont marqués, des individus sont interpellés, des départs sont empêchés vers les terres de combat et ces victoires, on ne peut pas forcément les médiatiser. C’est important pour les policiers de faire savoir que leur travail est efficace au quotidien.

Même son de cloche au Syndicat indépendant des commissaires, classé à droite. Son secrétaire national, Jean-Paul Mégret, accepte  » la communication politique autour de l’affaire. Elle revêt un double objectif selon lui. Car en plus derendre visibleles victoires des services, elle  » contribue aussi à rassurer une population qui, maintenant, est soumise au quotidien à un certain nombre de contraintes, en termes de sécurité et de contrôles, à l’entrée des magasins ou des bâtiments sensibles. Il faut aussi faire savoir que dans le cadre d’une menace qui va durer longtemps, on peut neutraliser des gens capables de porter atteinte à la population.

Source:: 946FM

Commentaires

commentaires

Comments are closed.