L’arrivée de Ponant à Tahiti : vers un développement de la croisière polynésienne

0
Share Button
Papeete, le 16/07/15 – L’Austral, le bateau de croisière de la compagnie Ponant prendra ses quartiers en Polynésie début octobre. L’occasion de faire le point sur le développement de la croisière à Tahiti et ses îles.

L’Austral s’amarrera au port de Papeete le 2 octobre suite à une croisière depuis Hawaï. Ce yacht de 132 cabines et suites partira ensuite pour deux croisières complètes entre Papeete et les Îles Sous-le-Vent (du 2 au 11 octobre) ainsi qu’entre Papeete, les Tuamotu et les Marquises (du 11 au 25 octobre). Enfin, le bateau quittera le port de Papeete, le 25 octobre, direction l’île de Pâques.

Ce n’est pas la première fois que la célèbre compagnie de croisière, fondée en 1988 à Nantes, vient en Polynésie. En février et mars 2012, l’Austral avait effectué trois croisières dans le Pacifique. La compagnie, bien connue pour ses destinations polaires se positionne aussi sur des voyages dans des zones plus chaudes dont la Polynésie :  » depuis plus de 25 ans nous emmenons nos passagers dans des lieux mythiques. Il était tout naturel de proposer la destination d’exception qu’est la Polynésie à nos clients », indique la communication de Ponant.

Si des bateaux comme ceux de Ponant reviennent régulièrement sur des destinations polynésiennes, on pourrait s’interroger d’une éventuelle concurrence avec des compagnies locales de croisière. Mais, selon les spécialistes du secteur, la question ne se pose pas :  » nous ne sommes pas du tout dans du tourisme de masse (que ce soit pour le Ponant ou les bateaux locaux Ndlr). Par exemple, à Nuku Hiva, l’Aranui fait 25 escales par an, si on rajoute 10 escales d’autres bateaux, ce n’est que 35 journées par an », explique Stéphane Mercadal le directeur de CMA-CGM Papeete. En effet, l’entreprise spécialisée dans le transport de containers fait également office d’agent maritime pour certains bateaux de croisières et notamment ceux de Ponant : elle représente la compagnie pour tout ce qui est opérationnel et technique. CMA-CGM connaît bien la Compagnie du Ponant (devenu Ponant tout court) car jusqu’en 2012, elle détenait une part majoritaire dans le capital.

Après l’Austral, le Ponant réitéra son passage en Polynésie avec son « sistership », le Soléal, qui arrivera à Papeete en septembre 2016. « Pour le Ponant, qui est un type de croisière idéal pour la Polynésie (haut de gamme, nombre de passagers permettant d’ouvrir de nouvelles escales..), il faut dépasser le simple transit par la Polynésie pour encourager et multiplier les têtes de lignes (embarquement et débarquement à Tahiti), voire envisager avec la compagnie des programmations de plusieurs mois », explique Stéphane Renard, secrétaire général du South Pacific Cruise Alliance et coordinateur du Tahiti Cruise Club.

Développement de la croisière

La tendance actuelle de la croisière est à la fois à l’augmentation de la taille des navires (+2000 passagers) et parallèlement au développement de programme très haut de gamme sur des navires d’expéditions de moins de 300 passagers, selon Stéphane Renard. « Il faut être en mesure de les accueillir tous, mais pas forcément dans les mêmes escales, avec différents types de prestations, d’expériences et de services proposés », explique-t-il. Certaines îles ne peuvent pas accueillir des navires de plus de 2000 passagers, « pour des raisons logistiques ou techniques, ou simplement pour respecter leurs équilibres socio-économiques. »

En Polynésie française, le Tahiti Cruise Club avait pour stratégie, entre 2010 et 2013, de « restructurer l’ensemble du secteur pour créer des conditions propices au développement », explique Stéphane Renard. La volonté était d’atteindre un palier de 600 escales et un flux passager (nombre d’escales multipliées par le nombre de passagers) de 300 000. Ce seuil est atteint depuis 2014. Pour 2016-2018, l’objectif principal est de multiplier les embarquements-débarquements à Papeete et des rotations complètes en Polynésie pour les bateaux de croisière. « Nous essayons de faire revenir des bateaux de croisière et de les faire revenir plus longtemps », confirme Stéphane Mercadal de CMA-CGM.

L’objectif serait donc d’avoir des bateaux de croisière basés dans le Pacifique qui viendraient régulièrement à Papeete. « Le positionnement d’un navire dans le Pacifique coûte cher aux compagnies au regard des distances à parcourir pour y parvenir. En revanche, une fois dans la zone, la diversité et densité de destinations peuvent permettre des opérations toute l’année dans des logiques (pour les armateurs) d’exploitation et commerciales cohérentes. Ensuite la multiplicité des têtes de lignes dans le Pacifique Sud bénéficiera mécaniquement à Tahiti », explique Stéphane Renard.

Par ailleurs, l’ouverture du tronçon élargi du canal de Panama, prévu au plus tard en 2016, permettra aux navires de 2 000 à 3 000 passagers de se multiplier dans le Pacifique. Ces navires devraient remplacer, le plus souvent, les navires de 800 à 1500 passagers d’ici à 2020. Pour le coordinateur du Tahiti Cruise Club, il faudra « se préparer à les recevoir dans les différentes escales. »

Le South Pacific Cruise Forum à Papeete en octobre

Pour poursuivre le développement, un forum de la croisière se tiendra à Papeete les 16 et 17 octobre. Baptisé le South Pacific Cruise Forum, il permettra « la rencontre entre les autorités de chaque Etats et Territoires de la zone – touristiques, portuaires, aéroportuaires -, les acteurs et prestataires de chaque destination, les compagnies de croisière et compagnies aériennes pour échanger sur les opportunités et risques de croissance de l’activité dans la zone Pacifique Sud insulaire de la Nouvelle-Calédonie jusqu’à Pitcairn et avec la Nouvelle-Zélande », indique Stéphane Renard du Tahiti Cruise Club.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source:: Thaïti info

Commentaires

commentaires

Comments are closed.