Recomposition au sein du congrès de la Nouvelle-Calédonie

0
Share Button
Nouméa, France | AFP | jeudi 16/07/2015 – L’éclatement du parti de l’Union pour la Calédonie dans la France (UCF) a entraîné une recomposition des groupes politiques non indépendantistes représentés au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, a constaté jeudi l’AFP.

Deux élus de l’UCF, Sonia Backès et Isabelle Lafleur, ont rejoint la semaine dernière le groupe Les Républicains, en majorité composé d’élus Rassemblement-UMP. Mercredi, une autre élue UCF, Nicole Robineau, a annoncé qu’elle rejoignait les rangs de Calédonie Ensemble.

Le groupe Calédonie ensemble (centre-droit, proche de l’UDI) passe de quinze à seize membres, l’ex-groupe Rassemblement-FPU, devenu Les Républicains, passe de huit à dix. Les trois élus restants de ce qui fut l’UCF siègent en tant que non-inscrits. Les indépendantistes sont représentés par deux groupes: l’UC-FLNKS et nationalistes (15 sièges) et l’Union pour l’Indépendance (UNI, 9 sièges).

Faisant suite aux demandes de Nicolas Sarkozy pour que les querelles entre les différentes chapelles de l’ex-UMP s’apaisent, le groupe Les Républicains avait été créé vendredi dernier au Congrès.

En Nouvelle-Calédonie, le parti de Nicolas Sarkozy est représenté par le Rassemblement-UMP, présidé par le sénateur Pierre Frogier, et par l’Union pour la Calédonie dans la France (UCF), qui regroupe trois sous-formations. Les querelles sont vives entre ces différents partis et morcellent le camp non indépendantiste, dont la première force est Calédonie ensemble.

« En Métropole, Les Républicains rassemblent plusieurs tendances. Il doit en aller de même en Calédonie », avait déclaré Sonia Backés, qui a démissionné du gouvernement local pour revenir au Congrès et prendre la tête du groupe LR. Elle a été remplacée au gouvernement par Isabelle Champmoreau, la suppléante du sénateur Pierre Frogier (LR).

Un processus de décolonisation progressif est en cours en Nouvelle-Calédonie depuis l’accord de Nouméa (1998). Il doit aboutir, au plus tard en 2018, à l’organisation d’un référendum d’autodétermination.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source:: Thaïti info

Commentaires

commentaires

Comments are closed.