Il frappe des gendarmes à Paea : 3 mois de prison avec sursis

0
Share Button
PAPEETE, le 20 juillet 2015. Ce pêcheur de Fakarava qui séjournait dans sa famille à Paea a blessé deux gendarmes, samedi dernier, à l’occasion d’une bagarre familiale. Son cousin, écope de six mois de prison avec sursis pour avoir blessé au cours de la même bagarre, sa mère et sa sœur.

Il se souviendra longtemps de son séjour à Tahiti. Venu inscrire sa fille dans un établissement scolaire de l’île, ce pêcheur lagonaire de 49 ans qui n’était pas jusque-là connu des services de justice vient d’ouvrir son casier judiciaire. Comme il s’en est pris à deux gendarmes qu’il a blessé de coups de poing, il écope de trois mois de prison ferme. La peine n’ayant pas été accompagnée hier après-midi d’un mandat de dépôt, elle pourrait être aménagée à la discrétion de ce que décidera le juge de la liberté et de la détention.

A l’origine de ces violences à l’égard des gendarmes une dispute familiale qui ne le concerne même pas. Mais occupé depuis une bonne partie de la journée à boire du rhum coupé à la citronnade, il n’est plus en possession de ses moyens lorsque les gendarmes s’en mêlent.

Ces derniers ont été appelés au PK 22 à Paea, côté mer, après qu’une discussion familiale s’enchaîne en dispute. En colère contre sa mère de 62 ans qui n’a pas réagi alors qu’un jeune cousin a planté deux pieds de paka dans la propriété familiale, ce grand fils de 39 ans en vient aux mains. Il saisit violemment sa mère par le menton et serre un peu trop fort, celle-ci fait un malaise. Dans le chaos qui s’en suit, les gendarmes sont appelés.

Mais en s’approchant de la sexagénaire qui a du mal à respirer, ils se font littéralement alpagués par le cousin de Fakarava, en état d’ivresse manifeste. Coups de poings au visage, les blessures infligées aux gendarmes ne sont pas très graves mais leur valent néanmoins 4 et 3 jours d’incapacité totale de travail, un uniforme mis en pièce et des lunettes cassées. « Tous les lundis, en comparution immédiate, nous avons des violences commises contre les forces de l’ordre pendant le week-end. C’est inadmissible » précise encore José Thorel, procureur de la République.

Pour tous ces préjudices, le pêcheur de Fakarava est condamné à de la prison ferme et il devra rembourser ses victimes. Pour les divers préjudices matériels et moraux, il lui faudra débourser un total de 210 000 Fcfp. Pour lui qui ne déclare que 35 000 Fcfp de revenus issus de la pêche lagonaire, la sanction est particulièrement sévère.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source:: Thaïti info

Commentaires

commentaires

Comments are closed.