Le grève à SMART démarre par des violences et le blocage du port

0
Share Button

L’accès au port était totalement bloqué ce mercredi matin. L’ambiance est tendue pour le démarrage de ce conflit social. Après des violences exercées contre le capitaine du port la nuit dernière, l’huissier dépêché par MCG a été brièvement bousculé ce matin.

Un engin de manutention bloque l’entrée du port de Longoni ce mercredi 19 août

La grève avait à peine débuté dans la nuit sur le port de Longoni que déjà la tension était particulièrement vive. Des salariés de la SMART en grève mettaient en place leur dispositif de blocage de l’accès à la plateforme portuaire lorsque certains d’entre eux s’en sont pris au capitaine du port. Ce dernier souhaitait filmer la mise en place des blocages lors des grévistes l’ont frappé.

S’il n’avait pas encore déposé plainte ce mercredi en fin de matinée, cela ne saurait tarder. Après avoir passé une partie de la nuit au dispensaire de Dzoumogné, il en est ressorti avec un certificat d’incapacité (ITT) de 3 jours.

Ce matin, un stacker (impressionnant engin de manutention) bloque le portail d’accès au port dont l’activité est, de fait, paralysée. Deux navires auraient déjà passé leur chemin sans marquer l’arrêt à Longoni.

Les forces de l’ordre devant l’entrée bloquée du port, avec en arrière plan les grues installées par MCG

Quelle issue, quel interlocuteur ?

C’est donc dans un climat de très grande crispation que débute le conflit, nouvel épisode d’un bras de fer entre deux sociétés, la SMART (Société Mahoraise d’Acconage, de Représentation et de Transit) historiquement chargée de la manutention des containers sur le port, et MCG (Mayotte Channel Gateway), gestionnaire de Longoni depuis qu’elle obtenu la délégation de service public (DSP) émise par le conseil général. MCG a depuis a modifié son activité pour pouvoir se lancer dans la manutention et ainsi empiéter sur les platebandes de la SMART. Elle a d’ailleurs installé ces dernières semaines plusieurs grues et équipements portuaires.

Conséquence, il est bien difficile de savoir ce que va donner ce conflit social. Car si une des revendications porte sur l’application de la convention collective nationale du secteur, les autres ne peuvent pas trouver d’issue au sein de la SMART. Il est question de « la préservation de l’activité de manutention portuaires et de emplois à la SMART», de « l’attribution totale des activités de la manutention (Agrément)» et de « l’arrêt immédiat des travaux effectués dans le port dans la zone du stockage des conteneurs initialement utilisée par la SMART avant la DSP». Et sur ces questions, le premier des interlocuteurs est le conseil départemental (CD).

Un protocole annoncé trop rapidement

Les forces de l'ordre positionnées à proximité de la zone portuaire

Les forces de l’ordre positionnées à proximité de la zone portuaire

L’intersyndicale CGT Ma et UIR-CFDT attend donc toujours des négociations avec les pouvoirs publics. Dans un communiqué assez inattendu hier mardi soir, le CD évoquait d’ailleurs un « protocole de fin de conflit», obtenu « le 23 juillet dernier» après « plusieurs réunions de travail». Ce document qui définirait « les conditions d’exercice de l’activité de manutention au port de Longoni» devrait être présenté au conseil portuaire du 15 septembre. Le conseil départemental affirme qu’il aurait été « acté à la Présidente de Mayotte Channel Gateway». Mais chez nos confrères des Nouvelles de Mayotte ce matin, Ida Nel démentait vouloir signer un tel document.

En attendant, après les tensions de la nuit, le climat était toujours loin d’être apaisé en milieu de matinée. L’huissier dépêché par MCG pour constater l’impossibilité pour son personnel de prendre le travail a été brièvement bousculé. Les forces de l’ordre, qui ne sont pas entrées dans l’enceinte portuaire se sont néanmoins positionnées de façon très visible à proximité.
RR
Le Journal de Mayotte

Source:: La journal de Mayotte

Commentaires

commentaires

Comments are closed.