Nickel : un conflit paralyse la Nouvelle-calédonie

0
Share Button

PACIFIQUE – Les mineurs calédoniens veulent exporter vers la Chine. Le gouvernement du Caillou n’est pas d’accord. Résultats : les rouleurs bloquent les routent et paralysent le Pays. L’accès à Nouméa vient juste d’être rétabli…

C’est un conflit qui paralyse la Nouvelle-Calédonie dans son ensemble : les rouleurs, chargés du transport du nickel, bloquent les routes. Barrages filtrants, accès difficiles à plusieurs établissements, la population est en otage. Les blocages ont également perturbé le trafic aérien. La circulation des navettes qui assurent le transfert des passagers arrivant ou devant se rendre à l’aéroport de Tontouta était interrompue.

En cause : des différends à propos de l’ouverture d’un canal d’exportation de minerai de nickel à faible teneur vers la Chine. L’Australien Queensland Nickel (QNI) a durci les conditions des contrats proposés aux mineurs calédoniens tout en maintenant les volumes, expliquent Les Échos. Dans le même temps, QNI a augmenté ses approvisionnements aux Philippines, où le minerai est moins cher. Les exportations calédoniennes de latérites vers l’Australie représentent un chiffre d’affaires annuel d’environ 6 milliards de Fcfp et un millier d’em­plois. Pour diversifier leurs débouchés, les mineurs calédoniens veulent donc se tourner vers la Chine. Mais le président du gouvernement, Philippe Germain, n’est pas de cet avis.

Selon Les Nouvelles calédoniennes, les accès à Nouméa ont été libérés ce mercredi. Air Cal a également pu reprendre ses vols normalement. En revanche, des points sensibles persistent sur la RT1 à La Foa, Bourail et Poya où des barrages filtrants ont été mis en place; ainsi qu’à la tribu de Saint-Laurent, à Païta.

Les négociations entre le gouvernement du Caillou et le Syndicat des producteurs exportateurs de minerai (Sem) semblent pour l’instant au point mort.

Source:: TNTV

Commentaires

commentaires

Comments are closed.