Numérique : « L’équilibre du pouvoir » passe par le fenua

0
Share Button

Nicole Starosielski enseignante à l’université de New York vient de publier un article intitulé  » Internet of Island, dans lequel elle analyse les conséquences de la construction d’un câble à fibre optique entre l’Asie et l’Amérique du Sud, via la Polynésie. Elle y développe tout l’enjeu de la position géostratégique des petites îles pour relier les grands continents et estime même que le projet de câble Asie-Amérique du Sud est à même de  » déstabiliser l’équilibre du pouvoir de télécommunications.

Le ministre en charge de la Politique numérique, Teva Rohfritsch, avait annoncé au lendemain de la dernière panne Internet qu’il faudrait  » un ou plusieurs câbles pour  » bâtir cette économie numérique. Il faisait alors référence à deux pistes, dont celle d’un câble partant d’Asie et rejoignant l’Amérique du Sud, à travers le Chili.

Dans son article, Nicole Starosielski, fait état d’abord de la très faible capacité de fonctionnement du câble qui relie actuellement le fenua à Hawaii :  » Plus de cinq ans après l’installation de Honotua, les deux fournisseurs de services Internet utilisent seulement 7 Gb/s sur 640 Gb/s. Elle considère que si la Polynésie venait à faire le choix de l’Asie pour la construction de son prochain câble, le fenua deviendrait :  » le nœud central dans un réseau transpacifique et pourrait déstabiliser l’équilibre du pouvoir de télécommunications ». Nicole Starosielski explique que  » plus de la moitié des débarquements de câbles sous-marins du monde sont situés sur des îles.

Pour appuyer son argumentation, elle cite l’exemple de Guam avec ses trois chaînes câblées ou encore ses dix câbles qui s’étendent sur plus d’une trentaine de  » points d’atterrissages à travers le Pacifique. Nicole Starosielski ne mâche pas ses mots dans son article lorsqu’elle déclare que les  » continents dépendent des îles pour leur communication. Elle considère les propositions de Teva Rosfritsch comme étant  » totalement novatrices avec un parcours original et conclut en ajoutant que si le gouvernement chinois décidait de financer ce réseau :  » ce dernier pourrait déstabiliser l’équilibre du pouvoir de télécommunications.

Source:: Radio 1

Commentaires

commentaires

Comments are closed.