Atelier scientifique international TPOS2020 Tropical Pacific Observing System for 2020

0
Share Button

Atelier scientifique international TPOS2020 Tropical Pacific Observing System for 2020 Centre IRD de Nouméa, du 16 au 18 septembre 2015 Un atelier scientifique international est organisé au centre IRD de Nouméa du 16 au 18 septembre 2015 pour redessiner de façon concertée la carte des systèmes d’observation océan / atmosphère dans le Pacifique tropical. Face à la réduction progressive des mouillages qui constituent la clé de voûte du système d’alerte du phénomène El Niño, le projet international TPOS 2020 mobilise les chercheurs, en renforçant les actions de coopération internationale.


Le réseau TAO/TRITON est un réseau de 70 bouées installées dans le Pacifique Tropical entre 8°S et 8°N. Mis en place dans les années 80–90s, c’est un outil exceptionnel qui permet de surveiller en temps réel l’état du Pacifique Tropical et d’aider à la prévision du phénomène El Niño, le plus grand perturbateur du climat de la planète aux échelles interannuelles. Ce réseau fournit des données océanographiques (température de la mer de la surface à 700 m, salinité et courants à certains mouillages) et météorologiques (vents, flux, précipitations). C’est la composante majeure du système d’observations El Nino.
Ces observations rentrent aujourd’hui systématiquement dans les systèmes de prévisions à court, moyen ou long terme et constituaient, à ce jour, la clé de voûte de l’observabilité en zone tropicale. Il était jusqu’à présent financé par les États‐ Unis d’Amérique (NOAA) et le Japon (JAMSTEC). Or, depuis quelques années, le réseau n’est plus correctement entretenu, principalement parce que le navire américain dédié à son entretien n’est plus affrété. Les japonais retirent aussi peu à peu les mouillages qu’ils entretenaient dans l’ouest du bassin, en raison des coûts élevés. C’est une catastrophe pour la prévision du phénomène El Nino, pour les centres opérationnels, pour les chercheurs qui utilisent ces données. De plus, ces retraits interrompent des séries temporelles de 30 ans, alors qu’il est indispensable de disposer de séries de mesures longues pour mieux comprendre le changement climatique.
Mobilisation scientifique internationale
Devant ce constat, la communauté internationale se mobilise. Un projet international, TPOS2020 (Tropical Pacific Observing System for 2020), impliquant des chercheurs du centre IRD de Nouméa a été lancé. L’idée est de définir un nouveau réseau d’observations pérenne, international, qui prenne en compte les évolutions technologiques et les nouveaux besoins. En effet, le réseau TAO/TRITON a été pensé dans les années 1980, avant l’avènement de l’altimétrie spatiale (mesures de hauteurs de mer par satellite), la mise en place du réseau de flotteurs Argo (flotteurs autonomes qui fournissent des profils de températures et de salinité de la surface à 2000 m de profondeur). Depuis, la compréhension de la variabilité climatique a également progressé, et de nouvelles questions ont émergé.
Comment optimiser et intégrer les différents jeux de données pour arriver au mieux à prévoir et comprendre El Nino?
Quelles sont les mesures indispensables pour les centres de prévision opérationnels? Il s’agit de prévision d’El Nino, mais aussi de prévision intra‐saisonnière.
De quelles nouvelles mesures aurons‐nous besoin dans les années à venir (en physique mais aussi en biologie)?

www.nouvelle-caledonie.ird.fr
CONTACTS :
Sophie Cravatte sophie.cravatte@ird.fr LEGOS
Mina Vilayleck
Tél.: 260799 / 792166 mina.vilayleck@ird.fr
Centre IRD de Nouméa BP A5 – 98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie Tél. : (687) 261000
Fax : (687) 264326

De quelles observations aurons‐nous besoin pour comprendre la variabilité décennale à multi‐ décennale ?
Comment s’organiser entre différents pays concernés (Etats‐Unis, Japon, Australie, France (de part sa présence en Nouvelle‐Calédonie et en Polynésie Française), Corée, Chine, Pérou, Chili etc.) pour entretenir un nouveau réseau d’observations pérenne ?

Telles sont les questions auxquelles le projet TPOS2020 souhaite répondre. Un petit groupe de chercheurs venant des Etats‐Unis, d’Australie, de Samoa et de Nouvelle‐Calédonie se réunira pour discuter de ces options du 16 au 18 septembre au centre IRD de Nouméa. Ce groupe de travail est animé conjointement par Sophie Cravatte (IRD/ LEGOS) et Susan Wijffels (CSIRO, Australie), avec un mandat de 2015 à 2020. Les collègues japonais, chinois et coréens, qui n’auront pu se déplacer, suivront l’atelier de travail par visioconférence. Cet atelier est financé par le projet européen PACE‐ Net+ et par la NOAA.

Source:: NC Presse

Commentaires

commentaires

Comments are closed.