Voitures volées et barrages de police forcés : le trio infernal lourdement condamné

0
Share Button
PAPEETE, le 10 septembre 2015 – Deux des trois copains impliqués dans une folle cavale faites de cambriolages, vols de voitures et résistance aux forces de l’ordre début août sur la côte ouest de Tahiti ont était condamnés, ce jeudi par le tribunal correctionnel, à des peines de 1 an et 3 ans d’emprisonnement ferme avec maintien en détention.

La gendarmerie avait interpellé, samedi 8 août, quatre individus dont un mineur impliqués à des degrés divers dans une longue série de vols et cambriolages entamée en juillet dernier, pour la plupart dans des communes de la côte ouest de Tahiti. Ces interpellations étaient venues clore une série d’enquêtes ouvertes depuis plusieurs semaines concernant des vols visant plus spécifiquement des garages et des stations-service.

Les trois majeurs qui devaient être jugés en comparution immédiate à l’époque avaient obtenu un délai pour préparer leur défense. Placé en détention provisoire en attendant, ils ont finalement été jugés ce jeudi après-midi. Deux d’entre eux, aux casiers judiciaires ultra-chargés, ont respectivement écopé de 3 ans et 1 an de prison ferme. Avec maintien en détention. Le troisième larron écope d’une peine de 6 mois de prison ferme mais sans mandat de dépôt.

Symboles d’une jeunesse « à la dérive »

Lors de leur garde à vue, les auteurs présumés avaient reconnu pas moins de dix infractions commises entre juillet et août dont le vol de trois véhicules d’occasion dans un garage de Taravao le 1er août, le vol d’un véhicule dans une résidence de Punaauia, d’un scooter à Faa’a, trois vols dans des stations-service de Papara, Papeari et Taravao, ou encore le vol de plaques d’immatriculation ayant servi à maquiller l’une des voitures volées.

Traquée par les forces de l’ordre, la bande n’avait pas hésité à forcer plusieurs barrages routiers mis en place par la police et les douanes. Organisés, ils prenaient soin de se dissimuler au moyen de capuches, vêtements amples et cagoules pour retarder leur identification par les forces de l’ordre.

Leur avocat à l’audience a souligné cet après-midi à l’audience la dérive d’une jeunesse à laquelle la société ne propose plus de débouchés, associée à une forme de démission éducative et parentale.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source:: Thaiti info

Commentaires

commentaires

Comments are closed.