Les enfants de Goro préservent leur mangrove

0
Share Button

Une vingtaine d’enfants de la tribu de Goro ont ramassé les déchets présents dans leur mangrove et ont écouté les précieux conseils de Fabienne Bourdeau, éducatrice au Centre d’Initiation à l’Environnement (CIE), jeudi à Yaté. Cette action de sensibilisation, pilotée par la direction de l’Environnement (DENV) en partenariat avec le CIE et Calédoclean, était à l’initiative de l’Association des femmes de la tribu.

 » Je ne savais pas que ce palétuvier était très vieux, il a plus de 100 ans ! », s’exclame Yaëlle, du haut de ses 8 ans.  » Maintenant, je sais comment planter les bébés du palétuvier », se félicite Yves, 7 ans, tout en s’activant à ramasser quelques cannettes sûrement apportées par la mer. Jeudi après-midi, une opération de sensibilisation de préservation de la mangrove était organisée pour les enfants, et les adolescents, de la tribu de Goro. L’occasion pour eux de montrer leur univers et de récolter les bons conseils de Fabienne Bourdeau, éducatrice environnement au Centre d’Initiation à l’Environnement, qui s’était déplacée avec la DENV, à la demande de l’Association des femmes de Goro.
Une mangrove en bonne santé

Alertées par la coupe de racines, par l’arrachage de jeunes pousses pour le passage des bateaux et par la présence de déchets,  » nous avons eu besoin d’être rassurées sur l’état de notre mangrove, explique Albertine Agourere. Et surtout nous voulions montrer aux plus jeunes qu’ils ont un trésor entre les mains ». Car la mangrove de Goro est  » en très bonne santé », souligne Fabienne Bourdeau.  » J’ai dénombré, seulement sur un petit bout de littoral, une dizaine d’espèces différentes de palétuviers, dont une en voie d’extinction, explique la spécialiste des mangroves. Il s’agit du palétuvier soleil qui ne fleurit qu’une fois par an et dont la fleur ne peut être pollinisée que par une petite chauve-souris ». Une mangrove exceptionnelle, avec des palétuviers centenaires, hauts de plus de 20 mètres, à protéger, donc.
Un trésor à préserver

 » Quand les femmes de la tribu nous ont contacté, nous avons tout de suite souhaité leur apporter des réponses de terrain », explique Paul Sauboua, coordinateur des dossiers patrimoniaux du Grand Sud à la DENV. Gants, sacs poubelle, mais surtout livres et affiches ont été apportés aux enfants afin de leur expliquer le biotope d’une mangrove, la faune et la flore qui s’y développent, ainsi que les différents circuits de l’eau.  » La mangrove, il faut la protéger, en prendre soin, car elle vous nourrit et vous protège, conclut Fabienne Bourdeau, devant des enfants médusés. Il faut que, quand vous serez grands, ces arbres soient encore là pour veiller sur votre santé. Prenez soin de ces vieux pépés ».

Source:: NCPresse

Commentaires

commentaires

Comments are closed.