Biscochoc prend ses quartiers en Indonésie

0
Share Button

La société Biscochoc et l’importateur indonésien Polaris Metro Persada se sont retrouvés au gouvernement, lundi 15 janvier, afin de signer un partenariat. Le chocolatier calédonien met ainsi un pied en Indonésie qui le quatrième plus grand marché mondial en termes de population.

Si la qualité des produits Biscochoc fait râler certains Calédoniens, ce n’est visiblement pas le cas des Indonésiens qui pourront désormais les trouver dans leurs commerces. Dans le cadre du plan d’orientation pour le soutien à l’export (OSE), le consul général d’Indonésie, Achmad Gozali, est parvenu à trouver un importateur pour la société Biscochoc. Après des premiers contacts en décembre, le partenariat entre la société calédonienne et l’un des plus gros importateurs indonésiens, Polaris Metro Persada, a été conclu le 15 janvier au gouvernement. Un accord qui s’inscrit dans la stratégie du chocolatier calédonien de trouver de nouveaux marchés à l’extérieur du territoire.

Objectif : 12 % du chiffre d’affaires d’exportation

En 2015, les exportations de la société représentaient environ 4 % de son chiffre d’affaires. En 2017, elles passaient à 8 % et, grâce à ce nouvel accord, Biscochoc prévoit que les exportations représenteront 12 % de son chiffre dès l’année prochaine. Et compte tenu de la taille du marché indonésien, 250 millions d’habitants, et de sa vigueur, Frédéric Lefeivre, qui a repris la société en 2015, peut être confiant.

Outre l’Indonésie, Biscochoc exporte principalement au Japon, au Vanuatu, en Australie, en Chine et à Fidji. La Corée pourrait bientôt venir rejoindre ces pays et permettre d’augmenter encore les débouchés pour les chocolats calédoniens. Grâce à l’augmentation de la production qui en découlera, Frédéric Lefeivre envisage des embauches l’année prochaine.

Développer les échanges avec l’Indonésie

Le partenariat avec l’Indonésie pourrait aller un peu plus loin qu’une simple distribution. Alors que Biscochoc est désormais producteur de cacao bio sur son exploitation du Vanuatu, les partenaires indonésiens souhaiteraient que le chocolatier puisse utiliser des fèves indonésiennes dans ses chocolats à un horizon relativement court de deux ans. L’idée est même, à terme, de monter une petite unité de production en Indonésie.

Cet accord ouvre en quelque sorte la voie pour un développement des relations commerciales entre la Nouvelle-Calédonie et l’Indonésie qui compte 5 000 résidents sur le territoire. Aujourd’hui, elles se limitent à des échanges pour quatre milliards de marchandises. Le cluster New Caledonia Trade and Invest travaille dans ce sens.

Source:: DNC

Commentaires

commentaires

Comments are closed.