Marche rose du 23 janvier 2018

0
Share Button

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SYNDICAT DES SAGES-FEMMES DE NOUVELLE CALEDONIE MARCHE ROSE DU 23 JANVIER 2018 5ans d’études médicales, des auscultations, des diagnostics, des prescriptions, des bilans, des traitements… et pourtant des revenus insuffisants pour vivre. Le Syndicat des Sages-Femmes de Nouvelle Calédonie alerte quand à la disparition progressive des sages-femmes libérales. Pour tenter de concerner les décideurs du pays qui ne nous ont toujours pas entendus,

Nous organisons:

une MARCHE ROSE le mardi 23 janvier 2018 du gouvernement au congrès. Le rendez vous est donné devant le gouvernement à 8H30.

Nous réclamons des mesures de sauvegarde de l’exercice libéral :

– la garantie du maintien de la valeur de la clé SF à 440 Francs
– l’alignement de la CSF sur la CG
– la valorisation de la consultation à 3 520 soit une indexation a 1.17 (notons qu’à l’heure actuelle, ce sont les sages-femmes de France qui sont indexées à 1.10 par rapport aux sages-femmes calédoniennes).
– la création dans la nomenclature des actes de pose et de retrait d’implant : SF15.

Marchez en rose pour soutenir les sages-femmes !

EXTINCTION DE L’EXERCICE LIBERAL
PROFESSION SAGE-FEMME Nouvelle-Calédonie 16 janvier 2018
Il n’est pas d’être humain, il n’est pas d’enfant, né en Nouvelle-Calédonie, ou ailleurs, qui ne soit passé entre les mains d’une sage-femme. Et pourtant aujourd’hui, nous sommes insignifiantes dans le système de santé de la Nouvelle-Calédonie.
Il est courant d’entendre « vous faites le plus beau métier du monde »… oui, bien sûr, nous pratiquons les accouchements. Mais pas seulement !
– La sage-femme est compétente pour suivre une grossesse physiologique dès les premiers jours, – La sage-femme est compétente pour suivre les grossesses pathologiques en collaboration avec l’obstétricien, même à domicile,
– La sage-femme est compétente pour suivre une mère et son nouveau-né dès la sortie de la maternité, même lorsque les sorties sont très précoces,
– La sage-femme est compétente pour les dépistages gynécologiques et la contraception tout au long de la vie d’une femme,
– La sage-femme est compétente pour suivre le développement psycho-moteur, staturo-pondéral, et vaccinal de l’enfant de moins de 2ans.
– La sage-femme est compétente pour la rééducation périnéale à tout âge de vie de la femme
– La sage-femme est actrice de prévention au sein de la famille
– La sage-femme est compétente pour la vaccination.
Pourtant, certains cabinets de sages-femmes libérales sont aux bords du gouffre. 80% de nos revenus sont liés à la maternité et dépendent du RUAMM. La répétition des allongements des délais de paiements, la déconsidération de la valeur de nos actes de soin, et la cherté croissante de la vie, contraindront bientôt nombre d’entre nous à la fermeture. Aussi passionnées sommes nous, notre problématique est d’investir chaque jour nos compétences, notre temps et notre responsabilité professionnelle dans un travail qui ne nous permet plus de vivre décemment, et qui met nos familles en grande difficulté.
Les mesures attendues de sauvetage du RUAMM doivent aller crescendo d’efforts d’économie en augmentation de taxes et de charges sociales. La majorité des sages-femmes libérales ne sera pas en mesure d’assumer de tels efforts. Depuis 3 ans, les sages-femmes libérales peinent à maintenir leur activité. Epuisement, asphyxie financière, absence de visibilité, l’exercice libéral est voué à s’éteindre. Des fermetures sont attendues en l’absence d’une nouvelle stratégie de politique de santé. Loin d’être des nantis que la crise n’atteint pas, les sages-femmes appartiennent aux professions médicales les plus méconnues et dévaluées.
Le Syndicat de Sages-Femmes de Nouvelle Calédonie alerte quand à la disparition progressive de l’exercice libéral de la profession. Si aujourd’hui, les sages-femmes sont reléguées dans la rubrique « divers autres » des dépenses de santé de la CAFAT, c’est sans surprise que leur absence engendrerait un gonflement de la dette. Leur simple existence représente en soi une mesure économique.
Dans ce contexte, le syndicat des sages-femmes de Nouvelle-Calédonie réclame des mesures de sauvegarde de l’exercice libéral :
– la garantie du maintien de la valeur de la clé SF à 440 Francs malgré le contexte de crise.
– l’alignement de la CSF sur la CG afin de faire face aux augmentations des charges sociales.

Source:: NCPresse

Commentaires

commentaires

Comments are closed.