« On a la liberté mais pas la dignité »

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

TUNISIE. Huit ans après le Printemps arabe, Sofiene Jbeli, jeune informaticien au chômage, ne regrette pas le soulèvement qui mit fin à la dictature.

Commentaires

commentaires