Un matelas de « plus de 2 milliards » Fcfp au FRPH

0
Share Button
PAPEETE, 26 novembre 2015 – Le Fonds de régulation du prix des hydrocarbures (FRPH) dispose d’une réserve de « plus de 2 milliards » Fcfp essentiellement constituée en 2015, indique le porte-parole du gouvernement.

« Sur toute l’année 2015, le fonds a été positif« , a confirmé Jean-Christophe Bouissou interrogé jeudi suite à l’annonce, la veille d’un FRPH doté de « plus de 2 milliards » de réserves au 31 octobre 2015. « Le fonds a été positif en début d’année de 300 à 400 millions et les réserves ont continué à progresser. Cela est lié au fait que le prix d’achat des hydrocarbures n’a cessé de baisser. Nous avons répercuté au fur et à mesure (sur les prix à la pompe) mais également souhaité reconstituer ce fonds pour permettre, en cas de reprise à la hausse des prix du pétrole de maintenir les tarifs à leur niveau le plus longtemps possible« .

Le FRPH est un dispositif par lequel les automobilistes paient plus chère leur essence à la pompe pour financer du gazole détaxé au bénéfice de certains professionnels.

Ce fonds de régulation sert à la fois à offrir l’avantage d’un carburant subventionné à certaines professions aidées (pêcheurs, boulangers) et à amortir la fluctuation de prix des carburants à l’importation pour les stabiliser à la pompe. La société Electricité de Tahiti (EDT), délégataire de service public pour la fourniture d’électricité à Tahiti, y achète son gazole à prix subventionné. Cela représente plus des deux tiers de l’activité du fonds.

« S’il n’y avait pas le FRPH, le prix du litre de carburant à la pompe serait entre 15 à 20 francs de moins« , assure Jean-Christophe Bouissou. « Il est clair que ce sont bien les automobilistes qui permettent au FRPH de continuer à être en positif. C’est lorsque l’on constate sur une période suffisamment longue que le prix à l’achat ne bouge pas que nous procédons à une baisse« .

Le dernier rapport de la Commission de régulation de l’énergie suggère de modifier ce principe. Ce fonds pourrait être supprimé avant 2018.

« Ce que l’on souhaite à terme, c’est la vérité des prix. Ce qu’il faut c’est amener les automobilistes à payer le vrai tarif de l’essence sans plomb et du gazole. Avec des fluctuations immédiates, comme cela se fait en Europe et en France« , confirme le ministre. Cette ambition était déjà annoncée par Nuihau Laurey, en novembre 2013.

Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source:: Thaiti info

Commentaires

commentaires