Clash avec les maires à la réunion sécurité de la préfecture

0
Share Button

Le préfet Seymour Morsy à droite, a tenté de rattraper les maires qui quittent le vice-rectorat

Le thème de l’immigration est toujours central à Mayotte et s’invite reste une tension majeure. C’dst d’ailleurs ce qui a provoqué le clash de cet après-midi. Tous les élus du territoires, parlementaires, départementaux et communaux étaient présents, tous invité par le préfet au vice-rectorat.

Lorsque le sujet de ‘immigration cladestine a été abordé, les maires ont vidé leur sac, nous rapporte un témoin, la presse n’étant pas conviée. L’effort du département et des communes est conséquent pour absorber ces dépenses supplémentaires, et ils demandent à ce que ce soit compense, et que le flux soit contenu.

 » On nous prend pour des gamins!

Le préfet Seymour Morsy à l’issue du clash

Seymour Morsy a défendu la position de l’Etat,  » un bras de mer de 60km de large, c’est très difficile à protéger, malgré nos 5 bateaux qui patrouillent. Le ton est monté avec le représentant de l’Etat,  » je souhaitais lister les engagements de chacun, appuie Seymour Morsy.  » On nous prend pour des gamins !, lancent en cœur les maires, très énervés.

Le coup final fut donné par le rappel du procureur Joël Garrigue de la désaffection des maires à le dernière audience solennelle,  » nous n’étions pas conviés!, rétorquent-ils, avant de se lever comme un seul homme et de quitter la salle.

Le procureur avait commencé par retracer son discours d’alors:  » je suis fatigué de me rendre aux divers CLSPD sans que certains maires daignent s’y présenter. A l’issue de la réunion, il nous répétait, ce qu’il avait également proposé:  » ma porte reste ouverte à qui veut me solliciter, et cela reste toujours vrai, même après cette interruption.

Nouveauté, sans doute par étrangère à la mobilisation de ce matin, en matière d’insécurité, Seymour Morsy a indiqué qu’un effort supplémentaire venait d’être consenti par Paris:  » Sur le plan sécuritaire, nous aurons deux escadrons jusqu’à mi-mai.

Anne Perzo-Lafond

Le Journal de Mayotte

Source:: Le journal de mayotte