Remboursement des maladies radio-induites : Oui mais combien ?

0
Share Button

©Cédric Valax

Des démarches devraient être entreprises bientôt par la Caisse de prévoyance sociale, les partenaires sociaux et le gouvernement pour réclamer à l’État le remboursement des maladies radio-induites prises en charge par la CPS. Toute la difficulté réside sur le chiffre à avancer et sa justification.

Sur le sujet du nucléaire, gouvernement et syndicats se sont mis d’accord. La Caisse de prévoyance sociale doit entamer des démarches visant au remboursement des dépenses engagées par les régimes. Ces quelques lignes ont été écrites dans le récent protocole d’accord désamorçant la grève générale signé par le président Fritch et l’intersyndicale composée de CSTP-FO, CSIP, Otahi, O oe to oe Rima, la Cosac et la fédération des syndicats de l’enseignement privé. Edouard Fritch a précisé qu’il restait  » attaché aux déclarations de François Hollande et qu’il apportait son soutien à la démarche initiée par les syndicats pour obtenir le remboursement des maladies radio-induites prises en charge par la CPS. Une délégation pourrait aller à Paris pour évoquer ce point.


Pour Olivier Kressmann, patron du Medef, il faut s’attacher à trouver des solutions au dossier du nucléaire sinon le sujet continuera  » à polluer les relations, selon ses propres mots.

Par contre, toute la difficulté repose sur le chiffre à demander. Edouard Fritch a expliqué qu’effectivement l’État demande des justifications sur les chiffres avancés.

Patrick Galenon de la CSTP-FO n’hésite pas à avancer le chiffre de 56 milliards de Fcfp. Selon lui c’est ce qu’ont coûté les maladies radio-induites à la CPS depuis 1992. Les administrateurs de la Caisse ont pris la liste des maladies radio-induites de la loi Morin, ainsi que la zone touchée, pour faire ce calcul. Mais il s’agit ensuite de calculer la prise en charge : combien coûte un malade qui se soigne et un autre qui ne se soigne pas ? Une autre question se pose aussi sur la poche dans laquelle pourrait tomber un remboursement de l’Etat. Selon Patrick Galenon, le Pays voudrait que cela tombe dans les caisses de son budget général mais les partenaires sociaux, eux, souhaiteraient plutôt voir cet argent aller dans le budget de la CPS.

Source:: Radio P1