De la construction ou non d’une vision collective positive en Guadeloupe et Martinique ?

0
Share Button

— Par Jean-Marie Nol, économiste financier —
Depuis quelques temps, le rôle de bouc émissaire de tous nos maux est de plus en plus attribué non plus à un groupe social, religieux ou national, mais à une étrange entité, qu’on appelle  » le système »  » .
Fo pété system là , entend -t-on de plus en plus souvent en Guadeloupe et Martinique . L’expression est forte mais les mots sont assez vague pour que chacun de ceux qui l’utilisent, et chacun de ceux qui l’entendent, puisse y mettre ce qui les arrange : Pour certains de ceux qui l’emploient, ce sont les hommes politiques qui sont responsables de la situation dégradée sur nos territoires : Aujourd’hui, pas moins de 74% des Guadeloupéens et 62 % des Martiniquais ne font pas confiance, à la classe politique, ce qui constitue le score le plus haut depuis la mise en place du baromètre Qualistat en 2000. Pour nombre de citoyens guadeloupéens et martiniquais c’est le  » système » qui aurait créé le chômage, la pauvreté, le mal-logement, le mal de vivre, la malbouffe, et même, prétendent certains, l’insécurité ; pour d’autres comme les syndicats tels l’UGTG , la CSTM ou encore la CGTG et CGTM , ce sont les chefs d’entreprise ou les riches ; pour d’autres encore les hauts fonctionnaires, français ou européens.…

Lire Plus =>

Source:: Madini Art