Nadia Ramassamy pour l’ouverture d’un lycée maritime en Outre-mer

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Ce lundi, la députée réunionnaise Nadia Ramassamy a attiré l’attention du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse sur l’absence de lycées maritimes dans les territoires ultramarins.

« 90 % du transport maritime s’effectue sur les mers et les océans, 70 % de la surface de la planète est couvert par les océans, plus des deux-tiers de la population mondiale vit à moins de 100 kilomètres des côtes, 90 % des réserves d’hydrocarbures sont contenus dans les océans et en 2013, les quantités de poissons élevés par l’aquaculture égalaient les quantités pêchées », a-t-elle expliqué.

Énergie, commerce, transports, géopolitique et diplomatie, la mer est au cœur de la mondialisation contemporaine et future.

La France, par son histoire, est présente dans l’ensemble des bassins océaniques du monde, de l’Atlantique sud et nord à l’océan indien, en passant par le pacifique. La France détient ainsi la deuxième zone économique exclusive du monde, mais Paris n’est pas la deuxième puissance maritime du monde. Les ports ne sont, ni en Europe, ni dans le monde, en tête des classements, tant sur le plan du tonnage que sur celui du trafic. Ce constat est partagé depuis longtemps par les gouvernements successifs.

Ainsi, en 2008, le ministère de l’éducation nationale a développé des lycées maritimes afin de former les jeunes aux métiers et aux savoirs du monde maritime.

À ce jour, douze lycées maritimes existent en France hexagonale, mais aucun d’eux n’est situé dans les territoires ultramarins, alors qu’ils représentent 97 % de la zone économique exclusive de la France.

Il y a dans les outre-mer des écoles d’apprentissage maritimes, des écoles de formation professionnelle maritime et aquacole, mais ils demeurent dépourvus de lycées maritimes. Insulaires pour la plupart, ces territoires sont portés vers l’extérieur, leurs économies, leurs paysages, leurs coutumes, leurs cultures, leurs histoires, leurs populations et leurs quotidiens sont intimement liés à la mer. Dès lors, ils doivent miser leurs atouts pour se développer et faire d’une ressource potentielle, la mer, un vecteur économique concret.

Ainsi, elle lui demande ce que le Gouvernement compte mettre en œuvre pour ouvrir des lycées maritimes dans les territoires ultramarins.