(VIDEOS et PHOTOS)/Quelques minutes avant de mourir, le sergent Jessy Eve avait appelé son épouse

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

L’accident survenu, cet après-midi, un peu avant 15 heures, sur la quatre voies de Saint-André, à hauteur de l’échangeur du Petit-Bazar, dans le sens Saint-André/Saint-Benoit, a fait deux morts. Le sergent Jessy Ricet Eve (debout, au centre, sur notre photo de Une), sapeur-pompier professionnel de 52 ans, est décédé alors qu’il se trouvait en intervention sur le lieu d’un accident survenu peu de temps auparavant.

Les sapeurs-pompiers qui se trouvaient en intervention sur l’accident survenu à Saint-André

Au moment où il installait le deuxième cône de balisage afin de sécuriser le secteur où venait donc de se produire, quelques minutes auparavant, une perte de contrôle, le sergent Eve a été percuté de plein fouet par une fourgonnette blanche. Le sergent Eve, projeté sur environ une dizaine de mètres sur la chaussée, n’a pas survécu, comme l’explique à Yves Mont-Rouge, Bruno Ramsamy, agent de l’EDF et également pompier volontaire, présent au moment de l’accident. Le choc a été d’une violence inouïe. Bruno Ramsamy ne s’en est toujours pas remis de ce qu’il a vu.

Bruno Ramsamy, agent à EDF et pompier volontaire, était sur le lieu de l’accident dans lequel le pompier sergent Jessy Eve a trouvé la mort cet après-midi à St-André. Reportage à retrouver sur Freedom.fr

Publiée par Yves Mont-Rouge sur Dimanche 27 janvier 2019

Quelques minutes avant d’aller en intervention, le sergent Eve avait appelé son épouse, qui se trouvait en pique-nique en famille à la Rivière-des-Roches. Le sergent Jessy Ricet Eve, originaire de Saint-André (du côté de chemin Lagourgue) habitait depuis quelques années déjà avec sa famille à Saint-Benoît. Il était père de trois enfants; Deux garçons âgés de 20 et 18 ans, et d’une petite fille de 9 ans. Le sergent Eve travaillait depuis 25 ans comme sapeur-pompier.

Ce n’était pourtant pas dans ses habitudes, mais cet après-midi, il avait pris le temps de téléphoner un instant son épouse pour prendre des nouvelles et causer un peu. Un appel prémonitoire ? Le sergent Eve ne savait pas que la mort l’attendait peu de temps après cet appel. Qui aurait pensé à une fin aussi tragique et dans des conditions aussi atroces ? Avant de quitter la caserne, l’adjudant-chef Johnny Janicky, chef de garde, plaisante avec lui : « ce sera rapide. La personne qui a perdu le contrôle, est déjà sorti de son véhicule ». L’adjudant-chef Janicky faisait allusion au premier accident; Une voiture qui est rentrée dans le muret séparant la quatre-voies à hauteur de Petit-Bazar. Il dit au sergent Eve : « Allez vite, na un bon salade i attend a ou après ». Quand ils sont de permanence, les sapeurs-pompiers mangent à la caserne. Et, souvent, ils préparent leur repas sur place. L’adjudant-chef Janicky attendait le retour du sergent Eve pour déjeuner. Quelques instants après l’intervention de la première équipe, il apprend que son collègue vient d’être violemment percuté par une voiture. Une deuxième équipe part de la caserne pour se diriger sur le lieu de l’accident. Arrivé sur place, l’adjudant-chef Janicky voit un drap blanc étendu à même le sol. Il comprend que la situation est très grave mais sans penser un seul instant que c’est son collègue, son « frère », qui se trouve sous le linceul. Il en est encore choqué.

Commentaires

commentaires