Contrôles routiers nocturnes à Saint-Denis : plusieurs infractions relevées

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Les effectifs de la Police Nationale du Service d’Intervention, d’Aide, d’Assistance et de Proximité ont dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 mai réalisé pendant 4 heures comme tous les vendredis des contrôles afin de lutter contre les démonstrations motorisées non autorisées (phénomène de pousse) à Saint Denis.

Le dispositif policier en limitant les possibilités d’évolution à vive allure a de fait permis d’empêcher toute manifestation mécanique inappropriée. La Section d’Intervention et la Formation Motocycliste ont pu néanmoins relever plusieurs infractions.

Un conducteur ne respectant pas l’arrêt au feu rouge fixe était intercepté alors qu’il se garait près d’une festive réunion de bord de mer. Il s’avérait conduire sa CITROEN C3 de société avec trois passagers à bord et une alcoolémie de 0.75 mg/litre d’air expiré. Un autre conducteur au volant d’une PEUGEOT 206 RC tous feux éteints soufflait dans l’éthylomètre avec une alcoolémie retenue de 0.65 mg/litre d’air expiré. Il s’avérait avoir fait l’objet l’année dernière d’une procédure pour des faits similaires avec la circonstance supplémentaire d’une prise de stupéfiant. Le véhicule était immobilisé. Un motard refusait le contrôle. Intercepté après avoir circulé sur les trottoirs, en sens interdit, sur une voie piétonne et s’être essayé au tout-terrain, il était placé en garde à vue pour défaut d’assurance et défaut de permis de conduire en plus du refus d’obtempérer. Son alcoolémie était retenue à 0.81 mg/litre d’air expiré (soit plus de 1,6g d’alcool/litre de sang).

Outre la dizaine de contraventions constatée (émissions de fumées, irrespect de feu rouge…), ce sont six délits qui faisaient l’objet de procédures, dont trois alcoolémies. Deux permis étaient retenus, trois véhicules immobilisés.

Les contrôles de cette nature se poursuivront et seront adaptés aux circonstances de temps et de lieu afin de réprimer toutes les infractions génératrices d’accident grave. L’ensemble des dispositifs règlementaires y contribuant continueront d’être appliqués. Ainsi, la mise en fourrière du véhicule SEAT Leon de 2018 intercepté vendredi dernier à 116 km/h sur une voie limitée à 50 km/h a été prolongée au-delà des 7 jours. C’est donc désormais sous couvert judiciaire que l’immobilisation se poursuit et ce jusqu’au jugement, fin juin, où la confiscation définitive est encourue.

Commentaires

commentaires