« Ici, il est bien plus difficile pour un étranger de faire valoir ses droits »

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

« Absence de médecin », « conditions sanitaires d’enfermement problématiques » mais aussi « impossibilité de prendre rendez-vous en préfecture pour régulariser » sa situation… À l’occasion de la publication du rapport annuel sur les centres et locaux de rétention administrative, la Cimade tire le signal d’alarme. Rencontre avec deux de ses représentants.

Commentaires

commentaires