Réhabilitation du réseau d’eau potable guadeloupéen

0
Share Button

En dépit d’un gisement abondant, les services d’eau potable connaissent depuis plusieurs années de grosses difficultés ne permettant pas d’alimenter en permanence tous les Guadeloupéens.

Ces problèmes résultent de pertes sur le réseau qui atteignent des niveaux insoutenables (rendement moyen de 40%) en raison d’infrastructures très dégradées. Aussi la ressource en eau (rivières en grande partie), globalement de bonne qualité, est très sollicitée ; elle doit être mieux protégée afin de garantir son utilisation pour les générations futures.

Les travaux de réhabilitation ont pour objectif d’améliorer la distribution et la gestion de l’eau au bénéfice des Guadeloupéens et du territoire.

Réhabilitation à long terme

Il faut prévoir 15 opérations majeures en termes d’alimentation en eau potable pour un montant de plus de 36 millions d’€. Ces opérations doivent contribuer au retour d’un service public d’eau potable de qualité pour tout le territoire.

Certaines ont déjà commencé (cas du renforcement du captage sur la rivière Beaugendre à Vieux-Habitants) ou vont commencer (rénovation de 7 km de réseau d’alimentation en eau potable à Gourbeyre au mois de juillet).

À cela s’ajoutent le renouvellement partiel du feeder de Vernou à Petit-Bourg, la sécurisation du système de distribution à Fond Cacao, sur la commune de Capesterre-Belle-Eau, le renouvellement de 15 km de canalisations sur Capesterre-Belle-Eau, la séparation des étages de distribution de Caraque et de Grands- Fonds Gosier, la réhabilitation du réservoir de Leroux avec surpresseur et canalisations de distribution, mais aussi le renouvellement de 5km de fonte grise entre Basse-Terre et Saint-Claude.

Toutes les opérations devant être démarrées au cours de cette année ou début 2020 au plus tard.

Relire notre article : Plus de maux que d’eau dans les robinets guadeloupéens

Une nouvelle enveloppe de 70 M€

Dans le cadre d’un contrat de convergence, la Région Guadeloupe a, par ailleurs, acté avec l’État, le Département et les établissements public de coopération intercommunale (EPCI), une nouvelle enveloppe de travaux d’investissement pour l’eau potable et l’assainissement, de 70 M€ ; travaux à réaliser entre 2020 et 2022.

Il est à noter l’adoption à l’unanimité des présidents des EPCI de la création au 1er janvier 2020 d’une structure unique de l’eau avec les compétences suivantes :
– Production, adduction et distribution de l’eau potable,
– Assainissement collectif et non collectif,
– Actions pour la préservation de la ressource en eau.

L’article Réhabilitation du réseau d’eau potable guadeloupéen est apparu en premier sur GUADELOUPE ACTU.

Commentaires

commentaires