Filière canne : la menace est réelle, confirme Annick Girardin

0
Share Button

A l’Assemblée nationale, la députée de la Réunion, Huguette Bello a interpellé la ministre des Outre-Mer Annick Girardin, sur la menace qui pèse sur la filière canne-sucre-rhume-énergie. L’élue a notamment posé la question sur l’aide compensatoire structurelle de 38 millions d’euros. «Figurera-t-elle bien dans le projet de loi de finances pour 2020 ? », demande-t-elle.

Dans sa réponse, Annick Girardin a reconnu que « Le secteur sucrier fait face, outre-mer comme en métropole, à une situation difficile, liée à la fois à la forte baisse du cours et au contexte de production excédentaire en Europe depuis la fin des quotas, ce qui pèse, bien évidemment, sur la rentabilité des principales entreprises. »

« Le Gouvernement est pleinement mobilisé aux côtés des planteurs, des salariés et des élus des bassins qui, aujourd’hui, sont affectés par cette situation difficile. »

« Aujourd’hui, 40 000 emplois sont concernés dans les deux territoires ultramarins que vous avez évoqués. Or le soutien financier est important, vous le savez, madame la députée : 69 millions d’euros au titre du POSEI – Programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité – et 90 millions d’aides nationales par campagne sucrière, afin d’accompagner l’industrie, la logistique et les planteurs de canne eux-mêmes. De plus, depuis mai 2017 – c’est ce dont vous avez parlé –, une aide de 114 millions d’euros avait été ajoutée pour trois années, afin d’aider La Réunion et la Guadeloupe, à la suite de la fin des quotas sucriers. »

Pour répondre à votre question sur le maintien de cette aide transitoire au-delà des trois années initialement prévues, sachez que le projet de loi de finances pour 2020 est en préparation et que ce sujet est, bien évidemment, débattu entre les différents ministères – faut-il renouveler cette aide à une transition ? Sachez que le Gouvernement est mobilisé, que cette question est au cœur des préoccupations du ministre de l’Agriculture et au cœur des miennes, vous le savez.

Mais concernant la question posée par l’élue de La Réunion, Annick Girardin a lancé que « Vous aurez une réponse très rapidement ».

Commentaires

commentaires