Le MEDEF coordonne une étude sur le coût du logement social à La Réunion (vidéos)

0
Share Button

En 2015, l’OPMR a sorti une étude sur la formation des prix des matériaux de construction à La Réunion, qui a fait grincé des dents plusieurs professionnels du secteur. En réponse à celle-ci, les organisations professionnelles agissant dans la filière du BTP à La Réunion, l’ADIR, la FRBTP, le SICR et l’UNICEM, sous la coordination du MEDEF Réunion, ont mandaté PwC Strategy& pour réaliser une étude visant à analyser le coût du logement social à La Réunion, comme l’explique Yvan Mainix, administrateur de l’ADIR  :

L’étude part d’un constat : seulement 25% des 28.5 mille demandes de logements sociaux en cours en 2018 sont satisfaites. Cette demande représente un besoin latent de 5400 logements sociaux à construire d’ici 2035. À ce jour, il faut un rythme de construction qui soit 2.5 fois plus rapide pour attendre cet objectif, explique le MEDEF. Basée sur des données collectées auprès de plus de 80 acteurs du marché et sur des bases de données publiques, cette étude vise donc à analyser le rôle du prix des matériaux de construction dans le coût du logement social à La Réunion.

“Dans le rapport de l’OMPR, il est stipulé que les granulats sont beaucoup chers à La Réunion qu’en Métropole. Or notre étude montre qu’ils sont globalement moins chers”, donne le Président de l’UNICEM Pascal Leandri comme exemple. Pour ce dernier, il est aujourd’hui important de lutter contre la raréfaction des ressources sur notre île, en ouvrant des carrières dans le respect des règles :

Le MEDEF rappelle que fabricants et grossistes maintiennent plus de 6500 emplois et réinjectent 360M€ dans l’économie réunionnaise. L’effet d’une importation accrue sur la dynamisation de la construction de logements sociaux à terme reste donc incertain.

73% des références de matériaux de construction analysés ont des prix comparables ou inférieurs à la Métropole

D’après l’étude, 73% des références de matériaux de construction analysés ont des prix professionnels comparables ou inférieurs à la Métropole. Ces derniers ne constituent qu’un élément du vaste système (les matériaux de construction représentent 35 à 40% du coût du bâtiment) composant les coûts sous-jacents au logement social. Le développement des logements sociaux à La Réunion est contraint par le cadre national de la conception et de la construction, le renforcement des contraintes techniques voulues par les donneurs d’ordre et les contraintes locales telles que le bâti tropical formalisé par la régulation RTAA DOM. C’est notamment ce qu’explique Didier Fauchard, le Président de Medef Réunion :

Alors que la demande de logements envers les villes à forte densité de population accroit les coûts fonciers (14% du coût du logement), la tendance de la diminution du nombre de logements par opération augmente les délais et frais de gestion. En sus, les contraintes structurelles et conjoncturelles augmentent les frais en amont de la construction, causant des surcoûts et pertes d’économies d’échelle.

Les spécificités et contraintes de l’écosystème de la construction à La Réunion font que le coût du logement a progressé pour atteindre 160 mille euros par logement. Ce qui 5 à 10% plus cher qu’en Métropole. La complexité architecturale a eu pour conséquence l’augementation du coût du second oeuvre. Dans son étude, PwC Strategy& propose ainsi des pistes de réflexion pour répondre au manque historique de logements sociaux face à une demande croissante sur notre île.

“L’objectif de l’étude est de mettre fin aux idées reçues portant notamment sur la question des monopoles alors que le secteur, à la fois de l’importation et de la production locale des matériaux de construction, est concurrentiel. Il est maintenant temps d’établir les bases d’une réflexion partagée avec tous les acteurs publics et privés pour l’élaboration de solutions permettant le construction de logements sociaux à hauteur des besoins du territoire”, complète Didier Fauchard. Pour Anthony Lebon de la FRBTP, il est primordial de travailler avec les donneurs d’ordre tels que les collectivités.

 

 

Commentaires

commentaires