Saint-André : Joie, musique et émotions à l’école Josée Léger

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Attendue depuis plusieurs années par les élèves, les parents et les enseignants, la fin des travaux de réhabilitation de l’école de la Cressonnière a été fêtée en musique ce Vendredi 21 Juin.

Les enfants ont entonné à l’unisson La montagne et Tamarin du groupe Baster en présence de Thierry Gauliris en personne, suivi de Fanja Maloya composé d’anciens élèves de cet établissement. Le chantier de rénovation de l’école, inscrit dans le cadre de l’ANRU initié en… 2006 a connu d’innombrables péripéties et de retard, notamment entre 2008 et 2014, au détriment des élèves et de l’équipe de l’école.

« Nous avons réalisé les travaux en site occupé. Grâce au courage et à la détermination de la directrice Jeannine Duberville et de son équipe, le chantier s’est déroulé jusqu’à son terme, sans incident. Merci à tous ceux qui ont contribué à cette réussite » a déclaré le maire Jean-Paul Virapoullé après le dévoilement de la plaque.

Les travaux réalisés, financés par l’ANRU, l’Etat, la Région et la Commune pour un montant de 3,187M€ sont importants : création de nouvelles salles de classes, d’un pôle administratif et d’un parvis ; réhabilitation des salles existantes ; toiture accessibilité de l’ensemble du site aux personnes à mobilité réduite ; réhabilitation et extension du réfectoire ; création des coursives couvertes sur tout l’établissement ; pose des brasseurs d’air et faux-plafond dans toutes les salles ; clôtures et places de parkings ; réseaux d’eaux usées et d’eau potable…

Cet établissement entièrement rénové (380 élèves) a été rebaptisé École Josée Léger, en souvenir de cette enseignante « dévouée et courageuse », disparue en Mai 2015, après 30 ans de services à l’Education nationale dont 23 ans à la Cressonnière.

C’est avec une grande émotion que sa fille, Valérie Léger et Mme Duberville ont retracé le parcours de cette femme courage, « consciencieuse jusqu’à son dernier souffle » dont les élèves sont aujourd’hui, avocat, gendarme, ambulancier… La fête s’est achevée avec la plantation symbolique d’un pied de bois de nèfles, une espèce endémique de la Réunion.

Commentaires

commentaires