Vente de produits au cannabis (CBD) : le commercial arrêté dans une station à St Denis

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Ils profitaient jusqu’ici d’un flou juridique concernant la vente libre d’un zamal light, les fameux produits CBD : une société (Rebel) est dans le collimateur des enquêteurs, et un de leurs commerciaux a été arrêté alors qu’il livrait une station service à Saint Denis hier. Il venait tout juste de délivrer 1.3 kilo de ce “cannabis allégé” en substance THB (-0.2%), soit 265 petits sachets, qui étaient en vente depuis deux semaines dans cette station avec succès visiblement.  Le SIAAP service d’intervention, d’aide et d’assistance de proximité ont saisi ces paquets au nom de “Blue Dream”  et “Cannatonic”, mais ils ont aussi pris la cargaison d’huile zamalée, soit une trentaine de litres dans le camion du commercial.

En dépit de cette faible teneur en THB, cette marchandise est en vente illégale sur le territoire français. La valeur totale de la marchandise f^role les 40 000 euros, un sachet étant notamment vendu 30 euros en station.

Hier soir, après avoir été interrogé, le commercial était sorti du commissariat Malartic, une perquisition menée au siège de la société Rebel, la gérante de la station service du Boulevard Sud est attendue dans les heures qui viennent pour s’expliquer sur cette revente. Le but des enquêteurs est de débusquer à présent les autres points de vente non autorités (et illégaux) sur l’île.

Bientôt du cannabis thérapeutique pour certains malades en France ?

Un rapport d’experts vient de fixer le cadre d’une expérimentation début 2020, qui devrait durer au moins six mois. L’Agence du médicament doit encore donner son feu vert d’ici la semaine prochaine. Le cannabis thérapeutique pourrait être expérimenté dans cinq indications : le glaucome, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, l’épilepsie et la douleur.

“Le cannabis a un effet antidouleur, anti-épileptique et orexigène, ce qui veut dire qu’il augmente l’appétit, notamment pour des patients qui sont en fin de vie ou traités pour un cancer”, énumère auprès d’Europe 1 le médecin-psychiatre pharmacologue Nicolas Authier, également président du comité scientifique sur le cannabis thérapeutique de l’Agence du médicament.

Légaliser le cannabis et réinvestir les profits générés dans la prévention et la lutte contre le trafic: dans un rapport, des économistes chargés de conseiller le Premier ministre fournissent un vade-mecum pour en finir avec “l’échec” de la prohibition. Cette note, intitulée “Cannabis : comment reprendre le contrôle ?”, émane du Conseil d’analyse économique (CAE), un groupement d’économistes rattaché à Matignon et dirigé par Philippe Martin, réputé proche d’Emmanuel Macron.
Purement consultatif, le document étrille 50 ans de politiques gouvernementales et appelle à créer un “monopole public de production et de distribution du cannabis”.

Commentaires

commentaires