“Quand ma maladie m’éloigne de mes enfants”, Josie atteinte de sclérodermie

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Josie Fétisoi est une Réunionnaise qui vit à Montpellier. Atteinte d’une sclérodermie, la jeune femme entame un double combat : vivre avec sa maladie et retrouver la garde de ses fils.

Il lui a été diagnostiqué depuis 2009 une sclérodermie. Il s’agit d’une maladie rare caractérisée avant tout par le durcissement de la peau. Elle développe par la suite le syndrome de Raynaud. Symptômes : trouble de la circulation sanguine, des engourdissements, des douleurs aux extrémités des mains. Lors d’un traitement en 2010, elle perd en muscle et de faite en force. Josie peut cependant encore faire le strict minimum chez elle : se doucher et cuisiner. La mobilité se réduisant, elle fait appel en 2015 à une auxiliaire de vie.

Josie n’a qu’un jour de garde par semaine

Son couple ne résiste pas. C’est en 2017 que son mari la quitte et demande la garde parentale exclusive des enfants. Celui-ci juge qu’elle ne peut plus s’en occuper. Des suites de l’audience du 6 mars 2018, la décision tombe le 10 avril 2018 : elle n’aura qu’un jour de garde par semaine. Ses deux jeunes garçons, âgés de 10 et 13 ans, voient donc leur mère de 10h à 18h,  soit le samedi, soit le dimanche. D’après la mère, cette décision a des conséquences sur le comportement de ses enfants, qui ont maintenant des réactions violentes. Heureusement, ces derniers ont conscience que leur mère leur est indispensable. “Maman, il n’y a pas qu’une seule façon de s’occuper de ses enfants”, a confié l’un de ses fils à Josie, conscient de l’amour qu’elle lui porte.

La Réunionnaise a décidé de faire appel le 12 juin derniers de la décision de justice concernant la garde de ses enfants. Elle a perdu en appel mais ne faiblit pas. Josie compte refaire une demande pour la garde exclusive.

Commentaires

commentaires