« Sans l’aide de l’État, je ne sais pas comment on ferait »

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Tous les matins, Gérard Cotellon se lève en pensant CHU. Avec son équipe, il ne ménage pas ses efforts pour trouver les voies et moyens afin de maintenir une certaine qualité de soins, malgré l’état « dégradé » du Centre hospitalier universitaire de Guadeloupe (CHUG). Il se dit constamment à l’écoute et transparent quant à la situation de l’établissement. Alors pourquoi cette grève ? Que se passe-t-il ? À qui profite cette situation ?

Commentaires

commentaires