Découvrez les premiers mots de Miss Réunion 2019 : retour sur la soirée de l’élection

0
Share Button

Douze sur la scène mais ce soir la couronne revient à Morgane Lebon, candidate numéro 11. Originaire de St Joseph. Elue à 50% par le vote du public et 50% par celui du jury c’est une nouvelle Morgane qui endosse  le rôle de Miss Réunion 2019. Elle succède à Morgane Soucramanien. Sur les marches l’accompagne Tatiana Télégone, la première dauphine, et  Johanna Prugnières, la deuxième dauphine. Tapis rouge oblige : Le Téat de Champ Fleuri devient le temps d’un soir le festival de Cannes. Chaque tableau emmène le public en balade : de FlashDance en passant par la fièvre du samedi soir avec John Travolta pour finir avec la célèbre chanson Shallow de Lady gaga dans “the star is born”. La soirée est ponctuée d’humour avec les mythiques poupettes de Kanal La Blague et la fraîcheur et le franc-parlé de Taïkun. Et pour ravir les petits comme les plus grands, on retrouve sur la scène : le groupe Manyan, DjSebb, PLL, Black T, Abdoul et le groupe Lindigo.

Première réaction de Miss Réunion 2019, Morgane Lebon :

Fiers, la famille Lebon s’empressait de lui créer un refrain sur mesure pour l’occasion :


Miss Réunion : un show d’exception

We will rock you, dans une version remixée de Queen, lance le début de la soirée. Une ouverture fracassante pleine de punch. Le regard fixe, le pas droit les filles forment une unité :

Et comme tout bon acteur, il faut savoir jouer plusieurs rôles. Après le rock, on retrouve la musique du film Mamma Mia. Les 6 premières candidates sont sur scène, à table. Vêtues de robes ballons crème, nos rockeuses deviennent des poupées de cire. Mélange de grâces et d’élégances, elles emportent le public :

Flashdance incarne par excellence le rêve, celui d’intégrer une grande école de danse. Il faut comme pour l’élection de Miss Réunion faire face à un jury, difficile épreuve. Sur le plateau les candidates rejouent la scène et réveille un jury qui finit par se laisser toucher par l’appel irrésistible de la danse :

Christophe Bégert, présentateur de l’émission, rivalise de jeux de mots pour coller au thème du cinéma : “Plus qu’un long métrage, l’élection Miss à la Réunion est une véritable série où l’héroïne change”. C’est ainsi qu’il introduit Morgane Soucramanien, Miss Réunion 2018. Et à la question “qu’elle héroïne auriez-vous aimer être?” Morgane répond “Sisi l’impératrice.” Le défilé en tenue de ville n’aurait pu avoir de meilleur refrain que Pretty woman. Le plateau se transforme en un magasin éphémère où les portes manteaux deviennent prétextes au cache-cache :

 

Le premier groupe sur scène c’est Manyan. Chantale et Emmanuelle Ivara se retrouvent sur du séga love puis avec un séga piqué et amusant : “Antonin sa i fé pa rien, sa i lév le matin, sa i ral a moin le trin”. Voilà de quoi faire patienter en attendant le passage le plus attendu de la soirée celui en maillot de bain. La musique de l’agent 007 propulse nos candidates dans le monde de l’agent secret le plus connu du cinéma. Une ambiance enflammée et intrigante. C’est de dos que nos James bond girls débutent la mission. Les démarches sont aériennes. Si les doigt pouvait tirer c’est en plein cœur que ce soir là le public aurait été toucher. En maillot de bain noir, de vraies catwoman foulaient la scène. Que les félins se rassurent, on ne leur vole leur légendaire démarche que pour une soirée :

Qui a dit que le disco n’était plus à la mode ? Night fever, night fever. La fièvre du samedi soir avec John Travolta est un incontournable. Boule à facettes au centre du plateau on s’y croirait presque. Intergénérationnel, le disco est prétexte pour les prétendantes au laisser-aller : pas de danse de Travolta, doigts devant les yeux, petite robe à paillettes dorés. C’est à tour de rôle que les filles se présentent à la Réunion et répondent à tout types de questions : comment décririez-vous la femme réunionnaise de 2019? Quelles valeurs transmettriez-vous à vos enfants ? Comment en un coup de crayon représenteriez-vous la diversité réunionnaise?

 

Le dernier tableau se fait sur la chanson “Shallow” du film “A star is born” où l’on redécouvre LadyGaga. C’est accompagner de 12 petites filles que ces réunionnaises dansent. Dans un élan de tendresse et d’échanges entre grandes et petites, on peut lire que les rêves d’enfants sont accessibles une fois adulte :

Retrouvez nos lives musicales de la soirée sur notre page Facebook.

 

 

Commentaires

commentaires