L’actuel maire de Saint-Leu doit toute sa carrière politique à Thierry Robert

0
Share Button

C’est le fondateur du LPA qui a véritablement fait Bruno Domen.  Souvenons-nous des débuts politiques du premier magistrat de la ville. Il est issu d’une grande famille communiste de Piton Saint-Leu admirant sans borne leur leader de l’époque Paul Vergès. Mais pour le jeune Bruno cette période est synonyme de répétitions d’échecs cuisants du PCR à Saint-Leu en particulier en 2001 ou la liste PCR menée par Julien Ramin qu’il soutient activement est balayée dès le premier tour par le maire sortant et président du conseil général de droite Jean-Luc Poudroux.

Dépité Bruno Domen change de stratégie et de bord politique. A partir de 2004, il trouve le bon filon. Un jeune entrepreneur ambitieux Thierry Robert, encarté UDF, se donne les moyens de réaliser son rêve : prendre la mairie de Saint-Leu.

Bruno Domen se dévoue corps et âme, nuits et jours, pour son nouveau mentor, et est en première ligne dans la victoire de Thierry Robert en 2008. Thierry Robert ne veut pas le voir élu. Il préfère qu’il soit un de ses collaborateurs à son cabinet à la mairie. L’édile actuel de la ville participe ensuite à toutes les campagnes électorales du nouveau maire de Saint-Leu en particulier aux élections législatives de 2012 qui sont une véritable consécration pour Thierry Robert qui devient député MoDem.

Anticipant la loi sur l’interdiction de cumul des mandats et son éventuelle élection à la présidence de la région, Thierry Robert en récompense de sa totale confiance en Bruno Domen, le fait élire au conseil municipal de la ville en 2014 et le promeut immédiatement adjoint au maire dans l’optique de son remplacement à la tête de la mairie, Thierry Robert se réservant la présidence de la région ou à l’assemblée nationale.

C’est finalement à la suite de sa réélection au Palais Bourbon en 2017 que Thierry Robert démissionne de son poste de maire de Saint-Leu et conformément à sa parole donnée, Bruno Domen est élu comme nouveau maire en septembre de la même année.

La collaboration entre les deux hommes se passe plutôt bien jusqu’à la défaite de Pierrick Robert aux élections législatives partielles de septembre 2018 où Thierry Robert empêché présente son frère à la députation sous l’étiquette LPA.

A partir de cet instant, Thierry Robert prend du champ au niveau de son engagement politique. Bruno Domen en profite pour s’éloigner de celui qui l’a fait en politique. Le maire de Saint-Leu n’écoute plus les conseils de l’ancien député-maire. Il se détache inexorablement de lui. On peut parler d’une rupture amicale et politique car il se prétend que Bruno Domen se rapprocherait de Didier Robert et envisagerait favorablement, contrairement à tous ses engagements antérieurs, l’ouverture de la carrière de Bois Blanc pour les besoins de la route digue de la NRL.

Par ailleurs en termes de management communal, Bruno Domen change les équipes et les méthodes en grand dam de Thierry Robert qui envisagerait très sérieusement de soutenir un jeune de Bois-de-Nèfles Piton pour les prochaines élections municipales prévues le 15 mars 2020.

Se présentant dans ses petites réunions de campagne comme un candidat divers droite, l’ex communiste, démissionnaire de la présidence du LPA, Bruno Domen n’est certainement pas au bout de ses reniements au cours de cette campagne électorale qui promet de réserver des nombreuses surprises en tout genre.

Aujourd’hui pour certains, loyauté et fidélité en politique n’ont plus aucune valeur.

Jaden Bluker, Piton Saint-Leu

Commentaires

commentaires