Nassimah Dindar interpelle le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur l’avenir du CIEP de La Réunion

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Mme Nassimah Dindar attire l’attention de M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la nécessaire promotion de la francophonie dans la région de l’océan Indien et sur le manque de moyens dévolus à cette promotion :

“Le centre réunionnais du centre international d’études pédagogiques (CIEP) risque en effet la fermeture du fait de la suppression de postes correspondant à des mises à disposition de personnel par le rectorat de La Réunion. Pourtant, ce centre correspond à une volonté politique partagée par l’État et les collectivités locales de contribuer à l’ouverture de La Réunion et à l’insertion de ce département français dans son environnement régional. Il est aujourd’hui le seul centre implanté en outre-mer, et il est reconnu comme un outil d’excellence d’appui à la francophonie dans la zone océan Indien et de rayonnement de notre pays. Il accueille ainsi chaque année environ 200 stagiaires de la zone en formation, que ce soit des étudiants, des professeurs, des professionnels du tourisme ou encore des diplomates. Il participe à la réalisation de projets de redynamisation du français et d’appui à la réorganisation des systèmes éducatifs dans les pays environnants. Enfin il forme chaque année les contrats uniques d’insertion (CUI) et Volontaires du conseil départemental affectés dans la zone océan Indien préalablement à leur prise de poste. Le 10 janvier 2018, le conseil économique, social et environnemental a émis un avis relatif «au rôle de la France dans une francophonie dynamique», qui formule des recommandations sur «le cas spécifique des territoires ultramarins postes avancés de la francophonie». Ce point de vue est partagé par le Président de la République lui-même, qui, notamment à l’occasion de son discours à l’institut de France en mars 2019, a réaffirmé que «notre francophonie est une chance formidable, elle est portée sur tous les continents, elle est portée par la France au premier chef et l’emprise de la France sur tous les continents, grâce à sa présence ultramarine, et je veux que nos territoires d’outre-mer soient un élément de notre rayonnement et de notre développement». La fermeture du CIEP de La Réunion serait donc en contradiction avec cette volonté politique. Elle affaiblirait l’influence française dans un environnement régional en grande partie anglophone, et où ne cessent de croître les rayonnements indiens et chinois, du fait de la situation géographique exceptionnelle de la région, entre l’Afrique et l’Asie, et sur la «nouvelle route de la soie » chinoise. C’est au moment où au contraire la France devrait tout mettre en œuvre pour renforcer son rayonnement qu’elle semble vouloir l’affaiblir. Aussi elle lui demande, dans la logique de la motion du conseil départemental votée à l’unanimité le 28 août dernier, une concertation pour rechercher une solution pérenne dans l’objectif de renforcer la francophonie dans l’océan Indien et en Afrique australe et orientale et, par là-même, le rayonnement de la France.”