Coronavirus : le principe de précaution doit s’appliquer, selon Jean Hugues Ratenon

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Le bilan du Covid-19 ne cesse de s’alourdir. Avec  plus de 2 700 décès à travers le monde, près de 81 cas confirmés et 42 pays touchés, le député de La Réunion, Jean-Hugues Ratenon estime que “le principe de précaution doit s’appliquer”.

“Malgré des messages qui se veulent rassurant des autorités à la Réunion, la population s’interroge de plus en plus et s’inquiète. D’autant plus que le virus frappe l’Europe avec un foyer très actif en Italie où l’on dénombre 10 morts. 2 nouveaux cas ont été recensés hier en métropole, ce qui augmente l’inquiétude des Réunionnais qui ont de la famille qui y vive ou qui revient à la Réunion”, lance-il dans un communiqué.

“L’OMS affirme que « le monde n’est tout simplement pas prêt à faire face à l’épidémie » appelant les Etats à se préparer à une éventuelle pandémie. Les choses s’accélèrent et sans tomber dans la psychose et la panique, il faudrait, à mon avis, que les autorités locales appliquent le principe de précaution.  D’autant que face à la menace, un plan d’urgence a été élaboré par la Commission de l’Océan Indien et qu’une mission d’appui à la gestion du virus, conduite par son Secrétaire Général, s’est récemment rendu aux Comores et à Madagascar. Y aurait-il des soupçons de cas dans la zone ?”

“A la Réunion, poursuit-il, beaucoup s’interrogent sur l’invisibilité des moyens prévus et déployés tant en prévention qu’en cas de crise. Certains s’étonnent qu’il n’y a pas plus de filtre et de contrôle à l’aéroport et au port. Quel protocole a été mis en place en cas de suspicions et/ou de cas avérés ? Les hôpitaux sont-ils prêts ? Les médecins disposent-ils de toutes les informations ? La population est-elle bien informée sur cette pneumonie virale très contagieuse et sur les gestes à adopter ?”

Ainsi, Jean Hugues Ratenon a indiqué que “Ce sont pour toutes ces raisons que je vais demander à rencontrer le plus rapidement possible le Préfet et l’ARS afin de discuter de la mise en place d’un dispositif prêt à réagir immédiatement à la moindre alerte. Après l’épisode dramatique du chikungunya en 2006 qui a fait plus de 250 morts et des dizaines de milliers de personnes qui portent encore des séquelles, de la dengue actuellement qui continue de se propager, le temps presse ; nous ne sommes pas à l’abri ; la population a besoin d’être rassurée.”