(VIDEOS) Jeannick Atchapa  : « le maire sortant et le député lé pas là ek Bras-Panon ! »

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Le candidat Jeannick Atchapa a profité de son meeting de lancement de campagne, ce soir, à sa permanence électorale, route nationale en centre-ville, pour présenter, devant près de 500 personnes, ses colistiers.

Il a également dévoilé les grandes lignes de son projet pour la commune. Jeannick Atchapa, qui conduira une liste « sans étiquette » les 15 et 22 mars prochains, a axé son intervention sur son programme, refusant de « tomber dans la polémique ». Malgré tout, en préambule de son discours, il a tenu à préciser que « le maire sortant veut être député en 2022 et l’actuel député veut être président de Région en 2021 ».

Ce qui lui a fait dire que « les deux se présentent aux municipales, mais ce n’est pas la commune et ses habitants qui les intéressent. En fait, ils ne veulent pas être maire. Ils trompent la population. Ils veulent se servir des Panonnaises et des Panonnais pour atteindre leur objectif électoral. Autrement dit, le maire sortant et l’actuel député lé pas là ek Bras-Panon. Moin lé le seul qui aime vraiment Bras-Panon et qui veut être zot maire », a insisté le candidat Atchapa, sous les applaudissements du public présent.

Jeannick Atchapa est élu à Bras-Panon depuis près de 20 ans,  quasiment dans l’opposition. « En tant qu’opposant, j’ai subi toutes les humiliations possibles et inimaginables avec le maire sortant. Cela n’a pas été facile pour moi, seul à affronter l’équipe majoritaire. J’en connais qui, dans l’opposition, ont abandonné les Panonnais, ils ont jeté l’éponge, en faisant place nette au maire sortant. Moi, en dépit de toutes les brimades et parfois même des agressions verbales voire physiques, j’ai tenu bon. Je n’ai jamais baissé les bras. Bien sûr que j’ai eu des moments de doute, de fatigue. Grâce au soutien de ma femme, de mes enfants, de ma famille et de mes militants, j’ai pu mener jusqu’à son terme mon mandat d’opposant et cela, par respect aux personnes qui m’ont élu en 2014. Ça n’a pas été simple, mais c’est dans l’épreuve qu’on grandit ».

Manifestement, le candidat a gagné en maturité politique. Cela s’entend dans son discours et se voit dans sa posture. Il s’exprime avec aisance, assurance aussi, montrant si besoin qu’il connaît ses dossiers sur le bout des doigts. Il a franchi un cap, est passé à une autre étape de sa carrière politique. Et il a un « vrai projet de développement économique, touristique, agricole, culturel et sportif » pour Bras-Panon qu’il ambitionne de transformer en «capitale touristique de la région Est ».

Mais avant de parler projet, Jeannick Atchapa s’est permis de jeter un œil sur le budget du maire sortant : « foire agricole payante, pas de centre commercial, pas d’entrée de ville Zac Carreau-Jardin, pas de collège ni de piscine à Vincendo, pas d’hôpital pour oiseau, pas de tours d’affaires à Paniandy, suppression du terrain de football de Narassiguin pour construire des logements alors qu’il y avait de la place ailleurs, 5 maisons de quartiers sur 6 fermées, pas de route des hauts, pas de chambre funéraire, pas de nouvelle école à Paniandy, pas de centre culturel Maloya, pas d’aménagement des berges de la Rivière-des-Roches, pas de maison de quartier à la Rivière-des-Roches, une politique associative clientéliste, un personnel communal au bout du rouleau, sous pression, non respecté, une affaire judiciaire en cours pour suspicion de détournements de fonds publics… ».

Et Jeannick d’atchapa d’ironiser : « un bilan fictif, une véritable supercherie de la part du maire sortant, comme si le temps s’était arrêté à Bras-Panon où la population a été abandonnée ».

Son programme ? Il sera distribué dès lundi prochain dans les boîtes à lettres. Le candidat annonce qu’il mettra d’abord l’accent sur l’emploi (un territoire des métiers) car « Bras-Panon compte 34% de chômeurs » ; L’emploi par la création d’activités avec la mise en place des centres de formation (en collaboration avec l’IRTS pour les métiers dans le domaine du social), des micro-activités, un archipel des métiers d’art (dans le domaine de la gastronomie entre autres).

Il a aussi des projets en matière de tourisme : créer une forêt endémique d’orchidées à Libéria avec du tourisme équestre. Il mise par ailleurs sur la diversification agricole (vanille, café, miel, plantes médicinales…), sur le retour des Panonnais vers la terre, sur la création d’une coopérative d’achat dans l’Est, sur l’installation d’un village agricole dans les hauts de Bras-Panon à la Caroline, sur l’agro-tourisme pour que « Bras-Panon devienne une ville terroir, authentique avec sa propre identité ».

Autre priorité du candidat Atchapa : créer toutes les conditions pour « une vie nocturne à Bras-Panon”, pour la relance d’une «vraie politique culturelle et sportive ». Le candidat aura l’occasion d’expliquer son projet à la population durant les quinze jours à venir.

Au terme de son meeting, il s’est dit être un « candidat comblé, heureux de conduire une liste avec des gens qui ont la joie de vivre et qui veulent redonner confiance à la population, des gens prêts à travailler avec tout le monde à l’instar de l’agriculteur Thierry Henriette ou encore de Micheline Aly (ex élue du maire sortant) qui est comme le moteur d’un fusée, débordant d’énergie et aidant toutes celles et tous ceux qui la sollicitent, des gens simples, proches de la population, des personnes connectées avec les réalités de la vie quotidienne des habitants ».

Jeannick Atchapa est persuadé, qu’après 20 ans dans l’opposition, son heure de gloire va bientôt arriver et qu’avec son équipe, il va pouvoir construire un « Bras-Panon ensemble et pour tous » en priorisant « l’accueil, l’écoute et le respect » de la population.

Dernière précision qui a son importance : durant près d’une heure de discours, Jeannick Atchapa n’a pas cité une seule fois le nom de Daniel Gonthier et celui de Jean-Hugues Ratenon. Il s’est contenté de les appeler respectivement « maire sortant » et «député ».

Nul doute que Daniel Gonthier ne manquera pas de le tâcler dès ce dimanche à l’occasion de son premier grand meeting prévu à 16 heures à la salle « Le Prestige » à Bras-Panon.

Yves Mont-Rouge