Le procès pour violences et séquestration à Saint-Joseph se tient aujourd’hui

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Ce matin, devant le tribunal de Saint-Pierre, sont jugés quatre hommes et une femme pour une affaire de séquestration à St-Joseph. Dans la nuit du 14 au 15 août 2019, Rudy et Christelle ont placé Arthur dans le coffre et l’ont déposé à Manapany à 5 heures du matin. Les deux autres hommes, Thomas et Steven, l’avaient roué de coups plus tôt dans la soirée. Ayant provoqué plusieurs bagarres dans la soirée, Arthur s’est vu prescrire 10 jours d’ITT.

Tout a commencé lors d’une fête entre amis, où l’alcool coulait à flot. La situation a dégénéré lorsque la soirée s’est poursuit chez Steven. Ce dernier se bagarre suite à une provocation de Arthur. Il lui donne des coups de poing et s’empare d’un sabre, une réaction qui apparaît disproportionné pour la procureur.

La soirée reprend chez Christelle. Une nouvelle confrontation éclate. Cette fois, entre Arthur et Thomas. Ce dernier va écoper de 3 jours d’ITT. Rudy et Christelle décident alors qu’Arthur doit quitter le domicile de cette dernière “à tout prix” car elle doit récupérer ses enfants et les ramener chez elle. Arthur refuse même s’il présente de multiples blessures. Pour Christelle, hors de question que ses enfants voient la scène de pagaille qui règne chez elle. Décrit tantôt comme “un oiseau en cage” par son avocat, tantôt comme “un dragon incontrôlable” par l’avocat de la partie adverse, Arthur va donc finir en sang dans le coffre et déposé à Manapany.

Devant la justice pour séquestration

Il est requis à l’encontre de Christelle et Rudy, connu de la justice pour conduite sans permis et défaut d’assurance, la relaxe pour enlèvement et séquestration et la mise en cause pour non-assistance à personne en danger.

Des faits de violences reprochés aux trois hommes

Concernant les violences, la Procureur demande pour Thomas déjà condamné à plusieurs reprises pour des faits de violences et détention de stupéfiants une peine mixte, de deux ans d’emprisonnement et deux ans de sursis.

Steven quant à lui n’a pas de casier judiciaire. C’est pourquoi il est requis une peine d’un an de prison avec sursis à son encontre.

Enfin, la Procureur demande à ce qu’Arthur, qui tente de s’insérer dans la vie professionnelle, écope de 6 mois d’emprisonnement avec sursis.

Elle demande à ce que les trois hommes aient l’interdiction de porter une arme pendant 5 ans.