1 million d’arbres indigènes et endémiques seront plantés à La Réunion

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

C’est ce qui est prévu dans le Plan de transition écologique du Département qui a pour maître-mot l’éco-exemplarité. Concernant la réduction de l’émission de carbone, le Département s’est fixé comme ambition de devenir « une collectivité à énergie positive » en compensant sa consommation électrique par une production d’électricité d’origine renouvelable. Les actions correspondantes s’inscrivent dans le cadre du Plan NEGAWATT de la collectivité qui comprend en particulier un volet sobriété et efficacité énergétique, couplé à la production d’énergie renouvelable.

Deux domaines sont privilégiés pour valoriser les biens départementaux au-delà de leur destination d’origine, à savoir : l’énergie solaire grâce à la réalisation de centrales photovoltaïques occupant les surfaces liées au patrimoine bâti et infrastructures départementales et l’énergie hydroélectrique par la valorisation des infrastructures hydrauliques départementales.

Concernant le « 0 carbone », le Département a engagé un programme ambitieux de reboisement de l’île. L’objectif affiché est la plantation d’1 million de plantes indigènes et endémiques d’ici à 2024 en milieu naturel et également dans les espaces publics urbains et périurbains (opération Bwa de kartié).

Claudette Grondin, vice-présidente déléguée à l’Environnement rappelle  les grandes lignes concrètes de ce Plan. « Pour réduire nos émissions de carbone, notre collectivité s’est fixée comme ambition de produire autant d’électricité renouvelable qu’elle n’en consomme : c’est le Plan NEGAWATT.

Après la valorisation énergétique des infrastructures hydrauliques du périmètre irrigué de l’Ouest, il vous est aujourd’hui proposer de valider le programme de développement de nouvelles centrales hydroélectriques sur les périmètres Sud de l’île.

De même, il s’agit pour nous aujourd’hui de retenir les projets lauréats de l’appel à projets lancé en début d’année en vu d’équiper 61 nouveaux sites du Département en centrales solaires photovoltaïques. Ces centrales seront mis en œuvre par 9 entreprises solaristes et correspondent à un investissement de 20 M€ sur le territoire réunionnais.

Les objectifs sont particulièrement ambitieux. En effet, à terme, l’ensemble de ces installations permettront de produire près de 50 Gigawattheure d’électricité par an, dépassant les besoins de la collectivité.

Couplés aux actions de sobriété énergétique et d’efficacité énergétiques qui seront mis en œuvre, le Département sera alors une collectivité à « Energie Positive ».

Cette démarche nécessite une mobilisation de tous et notre partenaire EDF nous accompagne de manière très volontaire à sa réussite ».

Concernant la plantation d’arbre, elle a précisé : « D’ici 4 ans, 1 million d’arbres seront plantés, et contribueront à la reconquête écologique de notre territoire. Cela représentera un investissement total estimé à 30 millions d’euros dont va bénéficier notre territoire ».

Enfin, concernant la gestion des déchets, «la collectivité met en œuvre un plan de valorisation des matériels informatiques réformés. Le Département s’engage ainsi pleinement dans l’économie circulaire.

L’objectif est de donner une seconde vie à ces matériels, en privilégiant, par ordre de priorité, leur réemploi, leur réparation et leur recyclage.

Depuis 2018, 900 unités centrales obsolètes ont ainsi été attribuées aux collèges, aux associations de parents d’élèves, de soutien scolaire et d’étudiants et 206 jours d’activités d’insertion ont été générés au sein des ressourceries », a souligné Claudette Grondin, qui a ensuite passé la parole à Pierrick Pignolet, chef de projet.

À travers cette convention cadre, le Département et EDF affichent leur volonté commune d’agir ensemble autour de 3 axes majeurs : accompagner le Département dans la mise en œuvre de son Schéma Energie en vue de devenir une Collectivité Energie Positive ; Amplifier les actions en matière de maîtrise de la demande d’énergie, notamment auprès des jeunes publics (collégiens) et des foyers les plus fragiles. Contribuer à la valorisation des richesses naturelles et culturelles du Département. Un partenariat qui s’inscrit pleinement dans les objectifs de la Loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte.