[Covid-19] Mobilisation et protestation des parents d’élèves guadeloupéens contre le port du masque à l’école élémentaire

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Depuis le lundi 22 février 2021, le port du masque devient obligatoire à l’école élémentaire. L’annonce de la mesure a suscité l’émoi chez les parents d’élèves de l’île.

Cette décision sanitaire a été appliquée en raison de l’évolution liée aux variantes de la COVID-19. Le décret du 12 février 2021 rend désormais obligatoire, le port du masque chirurgical ou grand public ayant une capacité de filtration de 90 % (ancien masque grand public de catégorie 1) pour les élèves en école élémentaire. Cette obligation s’appliquait dès le jour de la rentrée des vacances de carnaval.

L’ensemble des départements-régions d’outre-mer

L’académie de région Guadeloupe est concernée comme tous les départements-régions d’outre-mer et collectivités d’outre-mer. À l’heure actuelle, tous les élèves à partir du cours préparatoire sont tenus de porter un masque dans les espaces clos comme dans les espaces extérieurs de l’établissement scolaire. Les élèves de maternelle en sont toujours dispensés. Comme pour les collèges et lycées, il appartient aux parents de fournir des masques à leurs enfants et il est rappelé qu’il ne peut pas s’agir de masques artisanaux.

Lire l’article : Des repas à 1 euro dans les campus de Foulliole et Saint-Claude pour les étudiants

Mobilisation des parents d’élèves

Plusieurs dizaines de parents d’élèves se sont mobilisés, lundi, au rectorat de la Guadeloupe, pour dénoncer le port du masque obligatoire pour les enfants dès l’école élémentaire. Jusque-là, compte tenu de sa situation sanitaire plus favorable, la Guadeloupe bénéficiait d’un aménagement de cette mesure, pourtant en vigueur en France hexagonale, en raison du décret préfectoral du 16 octobre, qui n’imposait le masque qu’à partir de 11 ans. Or, l’arrivée de variantes a changé la donne.

Les parents interpellent la rectrice

Dans une lettre ouverte, les parents de l’école Fernande-Bonchamps, à Pointe-à-Pitre, dénonçaient cette mesure, le 20 février mettant en avant « nos températures, et aujourd’hui notre carême durant lequel forcément il sera impossible pour nos enfants de supporter un masque toute la journée ; sans compter nos écoles, nos classes à l’intérieur desquelles le manque d’aération, de ventilation, de climatisation est criant ». La rectrice à déclarer à la presse que les parents devrait faire remonter leurs doléances auprès du ministère.