Contrôles des coupeurs de cannes : Jean-Hugues Ratenon demande qu’on leur « foute la paix »

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Dans un communiqué, le député Jean-Hugues Ratenon réagit suite à un contrôle effectué à la Petite Île auprès des exploitants agricoles, notamment des coupeurs de cannes, vendredi dernier : « En ma qualité de parlementaire, je suis bien évidemment pour le respect des lois et contre toutes formes de fraudes. Pour autant, quand Total réalise 19 Milliards d’euros de bénéfices en un trimestre, 15 Milliards pour CMA-CGM ; quand les plus grosses fortunes de France se remplissent les poches : 149 milliards pour LVMH ; Chanel : 80 milliards ; Hermès : 78 milliards ; l’Oréal : 62 milliards ; Dassault : 31 milliards ; est ce que ces fortunes ont été gagnées de façon honnête ou par la fraude ?

Ces grosses entreprises jouent la spéculation pour étrangler les consommateurs. Et devant les grosses difficultés de la population, l’Etat refuse de taxer les super profits, comme nous l’avions proposé dans le cadre de la loi
pouvoir d’achat. Sur notre territoire, la mainmise de Hayot sur l’économie locale avec une stratégie commerciale de monopole, duopole voire d’oligopole entrainant la cherté de la vie ayant des effets catastrophiques sur la population.

L’Etat est donc incapable de mener des investigations sur les profiteurs de crise ; par contre contrôler les coupeurs de cannes, ça il sait faire. La fraude fiscale dans le pays s’élève à plus de 80 milliards d’euros. La fraude aux prestations sociales est, elle, de 309 millions d’euros, selon le dernier bilan annuel de lutte contre la fraude de la branche famille réalisé par la CAF en juin dernier. Sur 4 millions de contrôles en 2021, des situations de fraudes ont été révélées dans 1% des cas !!!!

Alors, si vous n’êtes pas capable de mettre fin aux pratiques des abuseurs du système, oui foutez la paix aux coupeurs de cannes. Au lieu de les totocher, travaillez plutôt à un dispositif permettant de cumuler le salaire et les prestations sociales de ces travailleurs. Car il est plus facile de critiquer, de pointer du doigt les plus pauvres mais qui d’entre nous a la capacité de faire ce métier ? Se lever tôt, affronter les fourmis et guêpes, travailler quel que soit les conditions climatiques, couper la canne à la main ???
Qui peut le faire ?

Moi, j’ai le plus grand respect pour ces femmes et ces hommes qui préparent la matière première pour les usiniers qui eux aussi s’enrichissent grassement sur le dos des planteurs.

Actuellement, la filière est en difficulté suite aux différentes grèves et mobilisations pour la défense des intérêts des uns et des autres et ces contrôles qui arrivent là, maintenant, posent problème. Quand on n’est pas capable de donner du travail ; quand on n’est pas capable de soulager le peuple qui souffre dans un département qui est parmi les départements les plus pauvres de France ; alors il y a des priorités. Et la chasse aux coupeurs de cannes n’est pas la priorité. »