Souffle O.I : près de deux mois de danses au Théâtre de Pierrefonds (du 16 septembre au 10 novembre)

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

La danse, comme l’océan vaste, riche, vivant, ouvre les imaginaires, déploie les corps, transforme les regards, relie les infinis. Lalanbik – centre de développement chorégraphique o.I inscrit son festival à La Réunion, dans le souffle des territoires du Sud, de Maurice, de Mayotte, du Mozambique, de Madagascar, d’Afrique du Sud, d’Inde, des Comores, du Kenya, dans le maillage multiple d’organisations artistiques engagées, de femmes et d’hommes qui imaginent et créent leur vie sous les alizés.

De l’océan et du souffle, nous observons le mouvement, comme celui de la pensée et des nouveaux imaginaires, des découvertes à traverser, des gestes maillés dans la mémoire et le vivant. Danser l’océan comme danser l’univers des possibles désirs inexplorés, de la joie, des espoirs portés par la force créatrice immense du vivant. La danse dans le souffle, c’est l’air que l’on respire et qui nous anime, une inspiration à prendre ou à reprendre, le frémissement du vent, le jet d’expiration puissant de la baleine, le souffle du vivant.

Souffle intense autant que les enjeux du monde noués depuis si longtemps dans la pauvreté et la dé-colonisation, l’exploitation de la planète et de son océan. Souffle vital, qui sonne en écho généreux aux recherches artistiques et sociales des scènes européennes qui voudraient faire le mur de la modernité nécrosée dans le carbone, l’acier et le béton. Depuis La Réunion, il va avec le cœur résilient des voisins d’Afrique, qui tracent sans cesser. Il est un creuset du vivant d’avant-garde, un creuse d’imaginaire pour un monde nouveau, un creuset de paix. Il est une idée-exploration – y a-t-il un, des « gestes océan Indien » ? – notre pari sur une vitalité chorégraphique apte à déboucher les représentations, à traverser les multiples, à mettre en mouvement le partage pour se faire voir et reconnaître aussi, de tout l’autre monde.

Avec ces 17 propositions dont 5 créations, le festival met l’accent sur la création, l’émergence et la diversité, tel un catalyseur de rencontres à la fois pour les professionnel.les des pays de l’océan Indien, de la Réunion et de Mayotte et de France métropolitaine, et les populations au cœur de la mixité créole, si singulière à La Réunion.