Tresta Star : le démantèlement naturel du navire est préférable

0
L'article post original est disponible sur this site
Share Button

Le 3 février 2022, lors du cyclone Batsiraï, le navire Tresta Star s’échouait sur les côtes réunionnaises. Pour pallier la carence de l’armateur, l’État avait rapidement mobilisé tous les moyens nécessaires pour dépolluer le navire. Il a ensuite engagé des échanges avec l’armateur et l’assureur du navire afin de décider des suites à donner à l’épave.

Des expertises techniques financées par l’assureur ou à l’initiative de l’État ont été réalisées sur les différentes options techniques d’enlèvement ainsi que sur l’alternative du « laisser-faire » la nature. L’État reste attaché à une solution qui restitue le plus possible le milieu naturel dans son état préalable à l’échouement et qui n’entraîne pas de dégradation supplémentaire de ce site inscrit au Patrimoine mondial par l’UNESCO. L’expert de l’assureur est présent cette semaine à La Réunion concernant ce dossier. Plusieurs réunions techniques sont organisées avec les services de l’État concernés, la mairie de Saint-Philippe, le parc national de La Réunion, en sus d’une reconnaissance in situ de l’épave.

À cette occasion, Jérôme FILIPPINI, préfet de La Réunion, a organisé une conférence de presse sur l’avenir du Tresta Star en présence d’Éric MEVELEC, directeur de la mer sud Océan Indien (DMSOI), Olivier RIVIÈRE, maire de la commune de Saint-Philippe, et Thanis KOMMER, expert de la société d’assurance MS Amlin Marine NV ce mercredi 7 décembre.

Il a ainsi été décidé que le démantèlement naturel est préférable, notamment en raison des difficultés d’accès à l’épave. Néanmoins un démantèlement partiel de l’avant du bateau n’est aucunement exclu.